Antony – alexandre dumas acte ii scène 5

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1121 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Antony – Alexandre Dumas

Commentaire composé – Acte II, scène 5 depuis « les autres hommes, du moins » jusqu'à « Antony ! … vous me faites frémir »

« Antony n'est point un drame, Antony n'est point une tragédie, Antony n'est point une pièce de théâtre. Antony est une scène d'amour, de jalousie, de colère en cinq actes. » c'est ainsi qu'Alexandre Dumas qualifiait sa pièce.
Cette pièce amarquée toute une génération (celle de l'après 1830). Elle rencontra un fort succès, elle connait une fin morale et la dernière réplique fait triompher les valeurs bourgeoises « Elle me résistait, je l'ai assassinée !... »
A l'acte II, le héros éponyme, nous révèle son terrible secret, à savoir sa bâtardise. Intéressons nous à la scène 6 de cet acte. Antony, ne voulant quitter Adèle, a arrachéses pansements et perdu connaissance. Sa convalescence dure cinq jours pendant lesquels Adèle évite soigneusement de le voir ; elle accepte tout de même de lui accorder une dernière entrevue au cours de laquelle elle comprend les raisons de son éloignement : sans naissance, il ne pouvait prétendre à l'épouser et avait préféré fuir sans toutefois calmer la furie de son amour.
Nous montrerons enquoi Antony est un héros romantique, avant de nous intéresser à l'image de la société qu'il dépeint et pour finir en quoi son amour pour Adèle est sincère, très fort mais dévastateur.

Antony est un héros tourmenté, qui aime, qui souffre, qui est en colère. Il incarne un personnage romantique, il est à la fois homme d'action et sensible.

Antony a révélé sa bâtardise à Adèle et dans cette scèneil lui livre toutes ses souffrances. Antony fait de longues répliques tandis que les interventions d'Adèle sont beaucoup plus courte. La souffrance d'Antony se voit dans sa façon de parler, nombreuses exclamations, nombreux points de suspensions. Adèle, au début, essayée de le raisonner « Calmez-vous, au nom du ciel ! Calmez-vous ! » mais cela n'a pas l'effet escompté sur Antony qui continuentses lamentations. Ensuite Adèle le pousse à se confier d'avantage « Oui, oui, je comprends... Oh ! Plaignez-vous ! Plaignez-vous !... car ce n'est qu'avec moi que vous pouvez vous plaindre ! » A ce moment Antony déclare son amour à Adèle qui au fil de cette entretien s'égare de plus en plus « Antony !... vous me faites frémir... »
Antony est victime du « mal du siècle », il est mélancolique au sens« d'humeur noire » cette humeur ne mène pas Antony au rêve mais a la fureur.
Antony est un personnage egocentré. Il y a une surabondance de la référence à soi, « Moi ! Moi ! », moi seul, je n'en ai pas !... », « Moi, je ne sais pas », « Et pourquoi les accepterais-je, moi ? », « Je vous vis, je vous aimai ». Antony c'est un « je » face à la foule, à la société.

Antony se sent seul, il y alui d'un côté et de l'autre la société. Il est révolté contre cette société qui l'exclut.

Antony est un personnage sans identité, sans famille « ils ont un frère, un père, une mère !... des bras qui s'ouvrent pour qu'ils viennent y gémir. Moi ! Moi ! Je n'ai pas même la pierre d'un tombeau où je puisse lire un nom et pleurer. » et sans existence social, il n'est rien dans la société.
« Lesautres hommes ont une patrie ; moi seul, je n'en ai pas !... car qu'est-ce qu'une patrie ? » Antony est hors de cette patrie, il ne sait pas où il est né, et n'a donc aucun lieu où il a laissé de la famille et des amis. Antony est exclu de cette société et il entre en révolution contre cette dernière, c'est un individu qui frôle l'anarchisme car il rejette tout. Antony c'est la confrontation d'unindividu marginal au milieu de la société.
Le hasard fait parti de la vie d'Antony, un des hasards qui a fait son malheur c'est celui de sa naissance. On pourrait considérer que victime d'une malédiction du Ciel Antony est condamné a mourir tragiquement du moment qu'il été mal né. Antony est sans nom, il se heurte de plein fouet, et avec toute la fougue de son désespoir, à la haute et bonne...
tracking img