Apprentissage d'une langue et reflexions

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 34 (8391 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Apprentissage d’une langue étrangère et réflexion sur cet apprentissage.
Journal d’apprentissage.

Langue étrangère étudiée : Mandarin

1. Profil de l’apprenant

Je dirais également qu’à la base, l’environnement dans lequel j’ai évolué est plutôt propice à l’apprentissage de langues étrangères. Mes parents parlent chacun plusieurs langues, nous avons beaucoup voyagés dans différents paysétranger et nous avons beaucoup d’amis étrangers en France et ailleurs.
Ma langue maternelle est le français. Ma langue seconde est l’anglais que je parle couramment grâce, entre autres, à un séjour en Ecosse. Durant cette année, j’étais entourée d’anglophones. Le fait d’avoir et de vivre avec des amis ne parlant pas français m’a beaucoup aidé dans ce sens.

Et un jour, après 3 mois, je mesuis levée en pensant en anglais.
Le fait de m’exprimer couramment dans une autre langue que le français m’a ouvert l’esprit à une autre manière de penser. En outre, cela m’a permis de prendre du recul par rapport à la langue française pour en observer les particularités avec un œil nouveau.

Je suis donc partie pour Taiwan, sans grand-chose en poche, ni connaissances historiques/ culturelles dupays, ni la moindre idée du fonctionnement de la langue.


2. Rapport de l’apprenant à la LE.
Un fois à Taipei, j’ai trouvé un poste d’enseignante de français dans une école du soir, un « bushiban ». Je travaille beaucoup, les horaires sont assez contraignants, je n’ai donc pas le temps de prendre des cours de mandarin. Mais, après plusieurs mois de vie à Taiwan sans apprendre la langue,j’ai réalisé que cela me posait de nombreux problèmes. Au delà du fait de ne pas pouvoir m’exprimer lors de situations quotidiennes (faire des achats, demander mon chemin etc.) les incompréhensions et les malentendus se multipliaient à grande vitesse au point que la moindre tâche me demandant de communiquer avec un taïwanais m’angoissait. Il faut savoir également, que la majorité des taïwanais neparlent pas anglais.
Je réalise que ça n’est pas du tout la même chose de ne pas parler suédois en Suède que de ne pas parler chinois à Taiwan. Si j’ai un peu voyagé et découvert d’autres cultures auparavant, je suis restée plus au moins dans le cercle européen. L’Asie était terre inconnue. Je ne connaissais de la culture chinoise et de sa langue que les représentations des medias (et pas desmoindres : « La Chine : la nouvelle puissance mondiale », « Alerte ! La Chine nous envahit ! » « Le scandale des ateliers raviolis » etc.), des films (Jacky Chan !), des livres (ou plutôt des romans pseudo historico-romantiques) et de la communauté asiatique présente en France (se balader à Belleville et faire ses courses chez les frères Tang est tellement dépaysant…)
Je trimballais donc avec moi, mongros bagage de stéréotypes, qui s’est avéré bien trop pesant.

Initialement, le Mandarin n’était pour moi, rien d’autre qu’un babillage coloré et chantant. Je n’aurais pu le différentier du japonais.
Une fois sur place, j’ai été entouré (surronded) par cette langue. Aussi bien écrite qu’orale. Sans aucun repère avec le français ou l’anglais, elle est vite devenue un obstacle pour moi. LeMandarin m’est apparu comme une langue « agressive » de part son intonation et par le débit et le volume des locuteurs.

Malgré cela, j’étais très enthousiaste à l’idée d’apprendre le mandarin même sans avoir la moindre idée de son système de fonctionnement. Je pensais que son apprentissage serait long, laborieux et teinté de difficultés lié à la prononciation. Puisqu’il est vrai, la languechinoise est taxée de langue «rare», de langue «inaccessible» et avec elle, tous les stéréotypes décourageants (c’est du chinois!)

3. Langue étrangère étudiée – Mandarin Standard
Le chinois mandarin (très souvent nommé simplement chinois) est la langue la plus parlée au monde. Cependant, même s'il est aujourd'hui enseigné à tous les Chinois, les Chinois plus âgés ne parlent pas tous le...
tracking img