argumentation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2772 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
Voyage linguistique dans le langage – univers de Boris Vian


Lector dr. Miruna OPRIŞ
Universitatea Tehnică Cluj-Napoca


L’univers de B. Vian bien qu’étrange et insoupçonné, a une logique intérieure – il est vrai, paradoxale mais très cohérent. Pas de forces magiques dans ce monde bizarre; le surnaturel est superflu.


Tout écrivain refait un monde, soit parce qu’il est impuissant àrestituer parfaitement une réalité dont la structure complexe échappe à la parole, soit parce qu’il a envie de libérer ses “démons familiers”. On observe, de la fidélité au reel à la fiction totale toutes les nuances, au point que l’on pourrait classer et definir les écrivains d’après leur monde imaginaire.
Dans l’univers de B. Vian l’existence est réorganisée , peuplée d’un monde, on dirait,plus labile que celui des hommes; il s’y manifeste des âmes ancestrales sous des déhors d’un XX siècle diaphane ; tout y exprime la condition humaine projetée dans de chimériques images, tout s’avère comme étant possible, sans que le surnaturel y joue le moindre rôle.
L’univers de Vian est plus fragile que le nôtre, c’est à cause de cela, peut-être, que J. Bens remarquait que sespersonnages nous sont ‘tellement sympathiques et fraternels’. 
On doit remarquer également que ce qui sépare B. Vian des autres écrivains c’est que ceux-ci construisent un univers, tandis que celui-là se borne à le découvrir. L’univers singulier dans lequel l’histoire se déroule et qui ne possède avec le nôtre que des points communs fort ordinaires a été appelé par J. Bens un “langage – univers “ parcequ’il procède presque entièrement du langage, lequel le renferme presque entièrement ; le monde de Vian est entièrement fondé sur le langage c’est-à-dire naît de celui-ci et trouve en lui toutes ses justifications.
Ainsi le Verbe est devenu Dieu.
“En effet, à l’imitation du monde mathématique, l’univers du langage ne s’élabore pas, mais s’explore : l’oeuvre ne peut pas lui donner naissancepuisqu’il précède toute oeuvre, puisque sans lui aucune oeuvre ne pourrait voir le jour. “(1)
Vian part à la découverte du langage au pied de la lettre.
Ainsi : on “exécutera” une ordonnance au moyen d’une petite guillotine de bureau ; un homme “ planté là ”prendra racine pour peu que le terrain s’y prête ; un escalier ‘ se dérobera,, effectivement sous les pas.
Ainsi, (mais à l’invers) ons’excuse de n’avoir pas aiguisé comme il le faudrait une “pointe d’ail”, on s’indigne à l’idée qu’un garçon utilise un “pourboire pour manger”.
Une autre démarche conduit à “ demi – créations ” de mots.
Il s’agit, soit de mots existant déjà et utilisés dans un sens détourné (c’est le cas des ciseaux appelés “alérions “), soit de mots subissant des déformations légères, comme : Chevâche, Chuiche,Bedon, antiquitaire, sacristoche.
Enfin, Vian se livre à des “créations totales”. On peut encore, ici, faire la différence entre les mots nouveaux désignant des objets existants le,,députodrome ,, et des mots nouveaux désignant des choses nouvelles, le “pianocktail”.
On pourrait presque définir une autre méthode, celle du “jeu de mots” , si la plupart des plaisanteries langagières de Vian nepouvaient s’intégrer à l’un ou à l’autre des trois points précédents, si elles ne constituaient pas des sortes de “bis” des trois démarches précédentes. C’est ainsi que : “poussez le feu ” et sur “ l’espace ainsi gagné” ou“se retirer dans un coing” se rattachent à la première méthode ; un “ portecuir en feuilles de Russie ” à la seconde.
“ Mais où classerons – nous cette phrase énigmatique : “Jepasse le plus clair de mon temps à l’obscurcir, parce que la lumière me gêne. “ (2)
C’est ici que le mystère commence.
Un tel système d’exploration peut ouvrir les plus divers et inattendus chemins dans l’investigation des thèmes, d’autant plus que le thème central est la vie en tant que rêve, rêve impossible a revivre de la même façon avec des inflexions qu’on doit surprendre d’autant plus...
tracking img