Aristote

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (825 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La Cité grecque chez Aristote

La politique platonicienne fut tellement en rupture avec la représentation grecque de la Cité qu’elle ne suscita guère d’engouement et fut l’objet de nombreusescritiques. Aristote considèra ainsi que l’incapacité de Platon à convaincre Denys de Syracuse, dont il fut le conseiller, témoigne de l’échec de sa philosophie. Il reprocha notamment à Platon d’avoir vouluattribuer le pouvoir, à titre définitif, à une partie du corps social, sans que rien ne le limite. La philosophie politique d’Aristote se soucie ainsi, à l’encontre de la République platonicienne, dela prise en compte de faits et pas seulement de perspectives idéales. Aristote ne croit d’ailleurs pas à l’existence d’un monde immuable des « Idées » qui, comme le pensait Platon, serait supérieurau « monde sensible » des hommes et de la nature. La pensée aristotélicienne est ainsi une pensée « positive » ou réaliste dans la mesure où elle cherche à comprendre le monde par le biais del’observation et de la comparaison.
Aristote est surtout le premier à lier de façon inextricable anthropologie et politique en affirmant d’emblée dans son traité, Politique, qu’« il est évident que la Cité estune réalité naturelle et que l’homme est par nature un être destiné à vivre en Cité, un animal politique ». Si la Cité existe « par nature » c’est parce que celle-ci n’est pas un simple rassemblementvolontaire d’hommes mais qu’elle est un ordre immanent qui poursuivrait une finalité naturelle. La Cité est ainsi antérieure à la famille et à chacun de nous « car le tout est nécessairement antérieurà la partie ». Aristote développe ainsi une conception « organiciste » de la Cité présentée comme un ordre social spontané, fonctionnant à la manière d’un organisme vivant.
Dans cette conceptionorganique de l’ordre social, l’homme ne se réalise pleinement que dans l’ensemble social auquel il appartient. La « nature politique » de l’homme s’enracine ainsi dans les propriétés « naturelles »...
tracking img