Bac stgmercatique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3426 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
DOCUMENTS :

http://www.toute-la-franchise.com/vie-de-la-franchise-A2031-le-marche-du-jouet-se-porte-bien.html

Le marché du jouet se porte bien !

Des chiffres 2010 à la hausse

2010-10-17 02:55:00

| |Alors que le grand rush de Noël approche, du côté des professionnels du jouet et de la puériculture on se frotte les mains ! Selon la |
| |Fédération Française des industries Jouet etpuériculture (FJP), malgré un contexte économique difficile, la profession a obtenu de |
| |bons résultats en 2009. Le marché du jouet a ainsi atteint 2,95 milliard d’€, en croissance de +3%. |
| |Cette hausse dans un climat morose permet à la France de se hisser à la première place du marché européen, juste devant le Royaume-Uni|
| |(2,90 milliard d’€) etl’Allemagne. Ces bons résultats attestent d'un fait constant : crise ou pas, les parents ne font pas |
| |d'arbitrage négatif sur le jouet. |
| |Le plaisir des enfants est préservé, quelques soient les aléas économiques ! |

Deschiffres 2010 à la hausse
Pour le premier semestre 2010, selon la Revue du jouet, le jouet affiche encore une progression par rapport à l'année précédente. En chiffres cumulés de janvier à juin 2010, le CA a évolué de 3% par rapport à l'année précédente pour s'établir à 607,6 M€. Sur ce total, les hypermarchés ont réalisé 317,6M€ (+2%) tandis que les spécialistes réalisaient 290 M€ (+5%). En terme devolume, la proportion est inverse avec une évolution positive de +4% pour les hypermarchés et +2% pour les spécialistes. Le prix moyen des achats observé pour ce premier semestre est de 9,90€ pour l'ensemble des intervenants (7,59€ pour les hypermarchés et 14,88€ pour les spécialistes). Ces évolutions s'inscrivent en positif alors que selon l'Insee, la consommation des ménages en France était enbaisse de 1,4%.
A l'approche de l'été, au mois de juin 2010, le marché du jouet a été tiré au sein des hypermarchés par les jeux de plein air tandis que chez les spécialistes, ce sont les jeux de construction et les activités artistiques qui ont le plus séduit.
Globalement, sur le premier semestre 2010, les catégories de produits qui ont eu le plus de succès restent les jeux de construction(+18% d'évolution de CA entre 2009 et 2010, +12% en volume), les figurines d'action et accessoires (+15% d'évolution de CA entre 2009 et 2010, +11% en volume), les jeux de plein air et jouets sportifs (+14% d'évolution de CA entre 2009 et 2010, +10% en volume), les activités artistiques (+11% d'évolution de CA entre 2009 et 2010, +9% en volume). Les plus fortes baisses touchent les jeux pour apprendreet explorer (-35% en CA et -40% en volume), les jeux et puzzles (-14% en CA et -6% en volume), les poupées (-3% en CA et -5% en volume) et les jouets de premier âge et préscolaire (-1% en CA et - 4% en volume).
 

Un marché saisonnier, dominé par deux circuits de distribution
Le jouet est un marché saisonnier ultra concurrentiel. Globalement, le chiffre d'affaires est essentiellement réaliséà l'occasion de Noël (54,1% du CA réalisé à Noël en 2007). L'autre grande occasion d'offrir un jouet est un anniversaire (20% environ). A l'approche de l'été, un surcroit d'activité est réalisé avec la vente de produits plus typés plein-air.
Deux grands acteurs se partagent le marché : les spécialistes du jouet (45% de part de marché) et la grande distribution (41% de part de marché). Les «miettes » restantes sont captées par la VPC et les ventes à distance (5,7% de part de marché), les bazars, discount, solderie (2% de part de marché), et les grands magasins (1,3% de part de marché).
Parmi les spécialistes, plusieurs groupes se démarquent sur le territoire français dont notamment le groupe King Jouet qui compte une quarantaine d'affiliés et 150 succursales. Ce groupe est également...
tracking img