Bonne maman

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (297 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La réussite de « Bonne Maman » fit des envieux. La rentabilité de l’entreprise était devenue l’une
des toutes meilleures du secteur de l’alimentaire en raison de la conjonctiond’une politique de
premium price
6
et des économies d’échelle liées aux volumes vendus. Cela démontrait, à l’évidence, que le marché de la confiture était beaucoup plus attractifque ne le pensaient les industriels du
secteur qui n’y avaient vu, jusque là, qu’un produit banal dans un marché traditionnel sans grand
avenir.
Au début des années 80,pratiquement en même temps, deux grands groupes agroalimentaires
attirés par le succès de Bonne Maman décidèrent d’investir le marché de la confiture avec la ferme
intention de luiprendre des parts de marché. Il s’agissait de BSN (qui deviendra plus tard Danone)
et de Bongrain, un groupe qui, à l’époque, s’implantait rapidement sur les marchés mondiaux dufromage et qui avait également une activité dans les produits sucrés, notamment sur le marché du
chocolat avec des marques comme Valrhona et La Maison du Chocolat.
Ces deuxgroupes prirent pied sur le marché de la confiture en achetant des entreprises et des
marques existantes, une pratique fréquente pour pénétrer rapidement un nouveau marché. AinsiBSN (Danone) prit le contrôle de Materne tandis que Bongrain acheta Fruibourg qui produisait et
vendait de la confiture sous la marque Lenzbourg.
Les deux marques Materne etLenzbourg existent depuis longtemps. Elles appartiennent au
segment dit « extra milieu de gamme », inférieur à celui de Bonne Maman. Elles ont une image
convenable de produits «sérieux » auprès de leur clientèle mais toutes les deux ont moins de 10% de
part de marché avec une DV (distribution valeur
7
) en GMS inférieure à 20%, ce qui est très faible.
tracking img