Caligula

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 101 (25228 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Caligula
I. Exploits et mort de Germanicus, père de Caligula
(1) Germanicus, père de Caius César Caligula, et fils de Drusus et d'Antonia, la plus jeune des filles d'Antoine, fut adopté par son oncle Tibère. Il exerça la questure cinq ans avant l'âge permis par les lois, et le consulat immédiatement après. Envoyé à l'armée de Germanie, il contint avec autant de fermeté que de zèle leslégions qui, à la première nouvelle de la mort d'Auguste, refusaient obstinément de reconnaître Tibère pour empereur, et lui déféraient le commandement suprême. Il vainquit l'ennemi et triompha. (2) Nommé consul pour la seconde fois, avant d'entrer en charge, il fut, pour ainsi dire, chassé de Rome pour aller apaiser l'Orient. Après avoir donné un roi à l'Arménie et réduit la Cappadoce en provinceromaine, il mourut à Antioche, à l'âge de trente-quatre ans, d'une maladie de langueur que l'on soupçonna être causée par le poison. (3) En effet, outre les taches livides qui couvraient son corps, et l'écume qui sortait de sa bouche, on trouva, parmi ses cendres et ses os, son coeur intact. Or, on croit communément que le coeur imprégné de poison résiste au feu.
II. Il périt victime de la haine deTibère et de Pison
On attribua sa mort à la perfidie de Tibère et aux manoeuvres de Cn. Pison. Il venait de prendre le gouvernement de la Syrie, et ne se dissimulait point qu'il était dans la nécessité absolue de déplaire ou au père ou au fils. Il ne garda aucune mesure envers Germanicus, et, sans égard pour sa maladie, il l'accabla des plus cruels outrages par ses paroles et par ses actions.Aussi, de retour à Rome, il fut sur le point d'être mis en pièces par le peuple, et fut condamné à la mort par le sénat.
III. Son portrait. Ses vertus, ses talents. Sa modération
(1) On sait que Germanicus réunissait, à un degré que n'atteignit jamais personne, tous les avantages du corps et les qualités de l'esprit, une beauté et une valeur singulières, une profonde érudition et une hauteéloquence dans les lettres grecques et les lettres latines, une bonté d'âme admirable, le plus grand désir de se concilier et de mériter l'affection de ses semblables, et le plus merveilleux talent pour y réussir. (2) La maigreur de ses jambes n'était pas en harmonie avec sa beauté; mais il y remédia peu à peu par l'habitude de monter à cheval après ses repas. (3) Il tua plusieurs ennemis de sa main.(4) Il plaida des causes, même après son triomphe. Entre autres monuments de ses études, il nous reste de lui des comédies grecques. (5) Il était également affable dans sa vie privée et dans sa vie publique. Il entrait sans licteurs dans les villes libres et alliées. Il honorait de sacrifices funéraires tous les tombeaux des hommes illustres. (6) Ce fut lui qui recueillit le premier de ses mainset renferma dans un même sépulcre les ossements blanchis et dispersés des guerriers morts dans la défaite de Varus. (7) Il n'opposait indistinctement que la douceur et la modération à tous ses détracteurs, quelle que fût la cause de leur inimitié. Il ne témoigna de ressentiment à Pison, qui avait révoqué ses décrets et maltraité ses clients, que lorsqu'il s'aperçut qu'il l'accusait de maléfices etde sortilèges. Alors même il se contenta, selon la coutume de nos aïeux, de renoncer publiquement à son amitié, et de confier aux siens le soin de sa vengeance, s'il lui arrivait quelque malheur.
IV. Sa popularité
Ces vertus furent amplement récompensées. Il était tellement estimé et chéri de ses parents, qu'Auguste (sans parler des autres) balança longtemps s'il ne le choisirait pas pourson successeur, et le fit adopter par Tibère. Il jouissait à un si haut point de la faveur populaire, que, suivant plusieurs historiens, toutes les fois qu'il arrivait ou qu'il partait, il risquait d'être étouffé par la foule de ceux qui accouraient à sa rencontre ou qui suivaient ses pas. Quand il revint de Germanie, après avoir apaisé la sédition de l'armée, toutes les cohortes prétoriennes...
tracking img