Ce de fe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (299 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 septembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
e" : notion de sujet (pensant); désigne l'homme en tant que connaissant.

"Etre"; "suis" : exister (être en général : réalité)

"conscience" : esprit qui connaît paropposition aux choses à connaître; on peut définir les différents niveaux de la conscience : conscience immédiate; réfléchie (se saisir comme sujet pensant, comme conscience;cf; introspection, faculté de rentrer à l'intérieur de soi pour se connaître). Sorte de savoir immédiat. Mais ici, il s'agit de la conscience réfléchie.

Sens de laquestion (mise en rapport des termes).
Le sujet nous invite à réfléchir sur le problème du rapport entre la conscience et l'être (qui se manifeste dans l'epérience du "je suis")et sur les figures possibles de ce rapport :

suis-je tout ce que j'ai conscience d'être, ie, y a-t-il identité entre conscience et être? (Descartes)
Suis-je moins ouplus que ce que j'ai conscience d'être?
Ou même tout à fait autre? (Freud)
3)Présupposé. La conscience pourrait être un obstacle à la connaissance moi-même, et seraitmême, en ce qui me concerne, une source d'illusions. Bref, la conscience me trompe. Nous sommes peut-être tout à fait autre que ce que nous avons conscience d'être -du moins,cela est ici présenté comme douteux

4) Enjeu : a) si oui alors la conscience est un savoir, elle est toute-puissante

b) si non, alors, il existe autre chose qu'elle, ily a sans doute un inconscient

5)Problématique : la conscience (réfléchie), qui depuis Descartes est censée avoir un privilège (cf. le cogito) concernant l'accès ànous-mêmes, ne serait-elle que la superficie de l'esprit? N'est-elle pas, plutôt que la connaissance de nous-mêmes, illusion sur nous-mêmes? Ne nous cache-t-elle pas tout de no
tracking img