Censure

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1978 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Censure sous le régime de Vichy.

Le régime de Vichy est marqué par une forte censure de la presse écrite. Cette censure est au niveau régional, départemental et local dans la zone sud de la France contrôlée par le régime de Vichy (en zone nord c’est les autorités allemandes qui contrôlent le presse). Grâce à cela, le territoire était cartographié et donc quasiment aucune publication ne pouvaitéchapper aux censeurs. En revanche, lorsque c’était le cas, les parties qui avaient échappé à la vigilance des censeurs étaient censurées à la dernière minute, ce qui provoquait des blancs dans les pages des journaux.
Le gouvernement de Vichy codifie la censure sous forme de consignes écrites et verbales imposées à la presse et aussi des notes confidentielles et secrètes. Certaines consignesétaient très importantes et avaient une très grande portée. Ex :
« Les journaux ne doivent pas employer la formule « Le gouvernement de Vichy ». Il n’y a qu’un gouvernement français ».
Si ces consignes n’étaient pas respectées, cela pouvait conduire à des mesures de suspension voire à l’interdiction de la publication. Ces consignes se sont comptées par centaines, voire par milliers. Comme le choixdes sujets, des caractères typographique, tout devait être contrôlé. En revanche, certaines consignes étaient permanentes et d’autres temporaires.
A partir de 1943, les autorités allemandes s’engagèrent dans une politique de plus en plus agressive à l'égard de Vichy en court-circuitant de nombreuses initiatives du gouvernement et en menant des campagnes d'intimidations de plus en plus violentesà l'égard des personnes.
De plus, le gouvernement pouvait réduire les subventions des périodiques; mais aussi, les services de la Propagande Abteilung procédaient à la répartition des stocks de papier. A cause de tout ceci, la presse écrite française sait effondrée passant de 350 journaux en Juillet en 1940 en zone occupé à moins d’une quarantaine 6 mois plus tard.

Pendant cette période decensure permanente pars les autorités françaises et allemandes, il existe toutefois, une presse clandestine.
En revanche, cette presse est difficile car il existe de nombreuses difficultés. Un décret de novembre 1940 interdit aux fabricants, marchands et grossistes, de vendre sans autorisation délivrée par le commissaire de police les appareils duplicateurs et les papiers susceptibles d’êtreemployés à la confection de tracts. Ceux qui se situent dans l’illégalité doivent se procurer les machines ailleurs que par les circuits normaux. Le papier est strictement contingenté et coûte très cher au marché noir. Il faut trouver du papier, de l’encre, des caractères d’imprimerie non utilisés habituellement. C’est pour cela que des maîtres imprimeurs et des ouvriers se mettent au service de larésistance.
La diffusion est une activité essentielle, difficile et dangereuse. Les Messageries de la presse qui assurent la distribution dans la zone nord sont sous contrôle allemand mais elles ont des activités clandestines. Un journal comme Défense de la France dispose d’un service spécialisé dirigé par Geneviève Anthonioz-de Gaulle avant son arrestation en juillet 1943. La diffusion s’organise dansla clandestinité par le biais des consignes de gare, par des envois postaux, par mille subterfuges mettant en danger les résistants qui les accomplissent. En 1943-1944, la diffusion en public devient plus fréquente. Les journaux de la résistance les plus populaires sont :
-Combat
-Défense de la France-L’Humanité

-Libération

-Le Franc-Tireur

En 1534, après avoir été excommunié et proclamé chef de l'Église d'Angleterre, le roi Henri VIII instaure l'obligation d’obtenir une approbation de son conseil privé avant qu'un livre ne puisse être imprimé. Sous le règne...
tracking img