Chine et europe, la rencontre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1411 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La Chine et l’Europe : dix-septième et dix-huitième siècle

Avant le XVIIème siècle, les relations entretenues entre la Chine et l’Europe étaient pratiquement inexistantes, mis à part quelques colonies : les Portuguais sont en effet installés à Macao depuis 1557, les Espagnols à Manille depuis 1571et quelques missionnaires étaient présents en Chine.

C’est au 17ème siècle que ces relationscommencent réellement à avoir une signification : les à prioris des deux camps commencent à s’atténuer ( les occidentaux voyant les Chinois commes des hérétiques et les Chinois voyant les Occidentaux comme des barbares, des êtres suffisamment crédules pour croire en un dieu mort sur une croix ), l’Europe toute entière va alors se tourner vers la Chine (et le reste de l’Asie, alors que l’Inde étaitl’objectif ultime auparavant, une sorte de limite qu’on se fixait pour ce qui était des explorations), et ces deux mondes en tireront divers intérêts.

Ces deux extraits : « europe et chine au xviieme siècle » et « La chine en Europe ( respectivement, extraits du livre « dix huitieme siècle » et du livre « dix septième ciècle », réalisés par Roland Mousnier et Bruno Neveu, mettent en avantl’énorme potentiel que pouvait représenter les relations entre la Chine et l’Europe, mais aussi les grandes difficultés qu’a rencontré notre continent pour arriver à ses fins.

Roland Mousnier était un historien Français, né à Paris le 7 septembre 1907, mort en 1993, il fut étudiant à l’EPHE ( école pratique des hautes études), et fut reçu à l’agrégation d’histoire en 1931, il a été professeur àl’université de strasbourg après la seconde guerre mondiale ( où il a été résistant ), ainsi qu’à l’université de la sorbonne en 1955. Il a beaucoup étudié la manière dont les classes sociales se hiérarchisaient, allant souvent à l’encontre des théories classiques ( il affirme par exemple que les différences entre certains titres de noblesse étaient comparables à la différence qu’il y a entre un seigneuret un paysan). Il s’intéressera en 1969 ( avec son ouvrage «  les hiérarchies sociales ») à la façon dont des sociétés comme la chine, justement, se sont organisées à travers l’histoire.

Bruno Neveu, également historien Français, né le 4 novembre 1936 à grenoble, mort le 24 Mars 2004, il obtient le diplôme d’archiviste paléographe à et est aussi diplômé de l’EPHE. Ses recherches ont surtoutporté sur l’histoire des religions et des cultures, et sur leurs relations avec la politique, ces 3 sphères étant pour lui inévitablement liées.

Les deux extraits portent principalement sur deux choses : celui portant sur le 17 ème siècle montre la difficulté qu’ont eu les européeens à entretenir des relations avec la Chine( que ce soit par une difficulté d’approche politique, culturelle oureligieuse), celui portant sur le 18ème montre le développement d’une culture chinoise en Europe, notre continent va en effet beaucoup s’inspirer des modes de pensée chinoise ( notamment les philosophes de lumière ), bien que l’image de la chine ait été déformée par toutes les écoles philosophiques (de jésuites aux romantiques).

On articulera ainsi notre étude en 2 parties :

I/ Les tentativesd’approche de la Chine par les Européens

II/ développement de la culture Chinoise à l’échelle Européenne

A/ Une approche délicate

L’approche a été très difficile pour plusieurs raisons : Mousnier évoque le fait que les Chinois se considèrent comme le peuple supérieur : les autres races entourant l’empire sont des barbares, n’ayant pas leurs coutumes, leurs cultures… ( qui, il est vrai, sonttrès anciennes). Les Européens n’échappent pas à cette règle : ils sont considérés comme des êtres vils, avides, brutaux, et crédules.

D’autre part, au XVII, les dissensions sur le continent Européen étaient importantes, et les expéditions étaient très nombreuses à se disperser à travers le globe, pour couvrir le plus de surface possible, ce qui rendait impossible toute tentaive...
tracking img