Chronologie abbassides

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1303 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
750-1258: Califat abbasside de Bagdad:
Nom de la seconde dynastie de califes de l’Islam, dont les souverains, descendants d’al`Abbâs, l’oncle du Prophète, régnèrent de 749 à 1258.
La prise de pouvoir par les Abbassides marquait le retour au pouvoir des membres de la famille du prophète. Le premier calife abbasside, al Saffâh, fut proclamé à Kufa en 749, et le dernier calife omeyyade Marwân IIfut capturé et tué avec sa famille l’année suivante.
C’est au deuxième calife abbasside, al Mansûr, que l’on doit les décisions fondatrices de l’identité abbasside, et en premier lieu le déplacement du centre de gravité de l’Empire musulman vers l’est avec le choix d’une nouvelle capitale, Bagdad. La « Ville ronde », fut achevée en 762 ; elle abritait les palais califaux, une mosquée centrale,des bâtiments administratifs et des quartiers d’habitation. En plus de sa fonction de capitale politique, Bagdad devint rapidement le principal centre intellectuel de l’Empire abbasside.
Parmi les successeurs d’al Mansûr, le calife Hârûn al Rashîd ( 786-809) reprit la lutte armée contre les Byzantins et dut faire face aux premières autonomies régionales compromettant l’unité de l’empire. Unequerelle de succession entre ses deux fils, al Amîn ( 809-813) et al Ma’mûn ( 813-833), ayant dégénéré en guerre civile, occasionna en 813 la ruine de la « Ville ronde »
Les conflits grandissants entre les militaires turcs de la garde du calife al Mu’tasim et la population baghdadienne motivèrent la décision de fonder une nouvelle capitale à 125 km au nord de Baghdad : Samarra devint ainsi le centredu pouvoir abbasside de 836 à 892.
Les deux premiers siècles de règne des Abbassides, souvent considérés comme un « âge d’or » en raison de l’autorité politique effective dont jouissaient les califes et de la prospérité générale de l’empire, virent s’épanouir une production artistique et matérielle originale, parfois qualifiée « d’art abbasside ».
Dès la fin du IXe siècle, les califes abbassidesdurent faire face à l’autonomie, voire à la sécession, de nombreuses provinces ; dans les premières décennies du Xe siècle, la proclamation du califat omeyyade de Cordoue et surtout du califat fatimide shi’ite d’Ifrîqiya puis d’Égypte mit fin à la fiction d’un Dâr al islâm uni sous la direction du seul calife de Bagdad. Puis les Abbassides durent accepter la tutelle de chefs militaires chiites,les émirs bouyides, originaires du Daylam, entre 945 et 1055.
Au milieu du XIe siècle, des généraux turcs originaires d’Asie centrale, les Seljuqides, mirent fin au règne du dernier Bouyide et prirent le titre de sultan, ne libérant les califes abbassides de la tutelle chiite que pour en établir une nouvelle, sunnite. Sous leur domination, des institutions nouvelles furent fondées en Irak sur unmodèle oriental.
En 1261, Baybars, le sultan mamluk du Caire, recueillit un survivant de la famille abbasside et rétablit une dynastie califale fantoche, ayant pour unique fonction de légitimer le sultan mamluk régnant ; la dynastie des Abbassides du Caire régna ainsi fictivement jusqu’à ce que les Ottomans mettent fin au régime mamluk en 1517.

749-451: révolution abbasside:
En 750, unerévolte menée par Abu Muslim et qui était partie du Khorassan réussit à détrôner le califat Omeyyade. Cette révolte, à caractère sociale et chiite car menée au nom de la famille du Prophète, visait à rétablir un Alide au pouvoir.La dynastie des Omeyyades avait toujours régné en mettant davantage en avant le pouvoir arabe que la foi musulmane. Aussi, Abu Muslim rallia sous la bannière noire desAbbassides mirent finalement à bas la dynastie Omeyyade. Les nouveaux maîtres du pouvoir prirent le nom d'Abbassides pour leur nouvelle dynastie, en référence à Abbas, un oncle du Prophète dont ils se déclaraient les descendants. Ils prirent une nouvelle capitale, al-Anbar, située en Irak, au carrefour du monde arabe et persan, afin de souligner l’aspect multiculturel du nouveau régime et non plus...
tracking img