Coeur de banlieue

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1651 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
FICHE DE LECTURE

J’ai choisi d’étudier Cœur de banlieue : codes rites et langages de David Lepoutre réédité en 2001 chez Odile Jacob en édition poche.

1.Présentation de l’auteur.
David Lepoutre a commencé sa carrière professionnelle en temps que professeur d’histoire-géographie, notamment au sein du collège Poincaré de La Courneuve en Seine Saint Denis. C’est d’ailleurs dans ce collège etpendant cette période que se situe l’enquête de terrain qui sert de support à l’ouvrage étudié, Cœur de banlieue : codes rites et langages. Il a obtenu un doctorat d’Anthropologie sociale et Ethnologie en 1996.
Puis en 1999 il est nommé Maître de conférence en sociologie à l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens. Il le restera jusqu’en 2009. Depuis septembre 2009, il est professeur desociologie à l’Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense et co-directeur du Master Conduite de projets culturels, connaissance des publics.
David Lepoutre s’inscrit donc dans le champ disciplinaire de l’anthropologie sociale et de l’ethnologie et son domaine de recherche se situe dans la socio-anthropologie de la jeunesse et la sociologie de la ville. L’ouvrage Cœur de Banlieue : codes rites etlangages se situe dans ce champ de recherche. Cet ouvrage est né du fait d’observations de David Lepoutre pendant la période où il enseignait comme professeur d’histoire-géographie dans un collège situé en ZEP (Zone d’Education Prioritaire) et plus précisément à La Courneuve. Etant issu d’un milieu bourgeois David Lepoutre sera de suite surpris par la nature des relations interpersonnels des jeunescollégiens entre eux : violence physique, violence psychologique mais aussi violence du langage. Ce milieu est une découverte totale pour lui, car, en effet, la quasi-majorité des élèves fréquentant ce collège sont issus du grand ensemble situé à côté du collège, la cité des Quatre Mille. David Lepoutre décide donc dans un premier temps d’axer sa recherche et son enquête de terrain sur les types derelations entre ces adolescents. Ce fut d’ailleurs le sujet de la thèse qu’il a défendu pour l’obtention de son doctorat en 1996. Cœur de banlieue est une version remaniée de sa thèse qu’il a retravaillé pour le sortir dans sa forme actuelle.
Ce livre ne s’inscrit pas dans un contexte particulier, mais part plutôt d’un constat, c’est le déficit d’enquête à proprement parlé sur le sujet. Il faitplutôt figure de livre pionner et c’est l’un des premiers à avoir analysé les comportements et les us et coutumes des jeunes adolescents habitant les grands ensembles appelés plus communément « banlieue » et leur sous-culture propre. D’autres auteurs s’y sont attelés comme par exemple Christian Bachmann « Jeunes de Banlieue » in Intégration et exclusion dans la société contemporaine parut dansPresse Universitaire de Lille (1992) où encore Maryse Esterle, «  Y a pas, la ZUP, c’est mon village. Jeunes dans la rue, banlieue est de Paris » in Le social dans tous ses états chez L’Harmattan (1990) mais aussi François Dubet, La Galère : jeunes en survie parut chez Fayard en 1987 ; Mais cela reste trop épisodique ou trop espacé dans le temps. Les seules enquêtes vraiment menées se sont effectuéesaux Etats Unis grâce entre autre à la fameuse école de Chicago et des auteurs comme William F White Street Corner Society, the Social structure of an Italian Slum parut dans University Press Of Chicago (1943). Mais ce n’est pas à proprement parlé des enquêtes sur la sous-culture adolescente des jeunes des grands ensembles, et en ce sens Cœur de banlieue est le premier à étudier ces adolescents enparlant d’une sous-culture qui leurs serait propre.
David Lepoutre est aussi l’auteur de Souvenirs de familles immigrées parut chez Odile Jacob en 2005 avec la contribution d’Isabelle Cannoodt.
Il a aussi publié plusieurs articles comme « La culture des rues », p. 31-36 in Actes du congrès national des enseignants italiens et français, Université de La Sapienza, mars 1998, « Le désordre...
tracking img