Colonisation anglaise

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1420 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La colonisation anglaise pendant la première moitié du XIXème

La colonisation correspond à organiser un territoire étranger à la nation qui l’administre et l’entretenir dans un rapport de dépendance culturel, économique et politique. Cela revient à la domination d’un Etat sur un autre. Au XIXème siècle, la colonisation connaît un essor très important . En effet les pays se rendent compte deszones d’influence politique, de l’expansion territoriale, économique et commerciale qu’elle peut leur offrir. Mais elle ne fut rarement que purement missionnaire, même si elle ne fut pas exclusivement impérialiste.
Comment était perçue la colonisation britannique vers 1830 ?
Tout d’abord l’Empire colonial britannique était un des plus important dans ce début du XIXème siècle. Puis tous lescolons britanniques ne voyaient pas la colonisation de la même façon. Enfin la

Tout d’abord nous allons voir l’organisation du territoire colonial britannique vers 1830. Après le congrès de Vienne en 1815 , toute l’Europe reconnaît la suprématie anglaise. La Grande Bretagne est surnommée « maîtresse des océans » et donc des colonies européennes. Depuis la victoire de Trafalgar en 1805, ellebénéficie d’un monopole impressionnant. Mais ne cherchant pas à abuser de sa victoire, elle accepte une redistribution de ses possessions, tout en gardant une part importante.
Les pièces maîtresses de son Empire au début du XIXème sont les colonies tropicales : Inde et Antilles. Elle possède aussi plusieurs colonies de peuplement plus marginalisées comme le Canada ou l’Australie. Elle possède aussi desterritoires en Afrique, comme le Cap acheté aux Hollandais 5 millions de livres en 1814. La Grande-Bretagne cherchera au XIXème siècle à élargir ses colonies tropicales et à contrôler toutes les escales pour y accéder. C’est ainsi qu’en 1830, elle possède toutes les positions fortes des routes méditerranéennes et atlantiques sur la route des Indes. Mais les Antilles perdent beaucoup de leurimportance dans l’Empire et créent des problèmes économiques à l’Angleterre soulevés par l’abolition de la traite des esclaves, ainsi que par l’indépendance des Etats-Unis : ils privent les îles d’un partenaire commercial essentiel. En 1815, l’Inde s’impose comme la pièce la plus importante de l’Empire colonial britannique. Les conquêtes anglaise ne seront ensuite que des escales sur la routes desIndes mais aucune n’aura d’importance propre. ( voir ci dessous la carte)

Ensuite, nous analysons l’état de l’esprit publique sur le sujet de la colonisation. Elle ne satisfait pas tout le monde, comme le dit Jacques Carré dans La Grande-Bretagne au XIXème siècle : «  A la fin des guerres napoléoniennes, la Grande-Bretagne était la première puissance coloniale mondiale. En même temps, c’était unpays où l’idée même de la colonisation était très critiquée. » Mais la colonisation dont il parle est ici uniquement celle des blancs.
Le pays était divisé entre les réformateurs, les partisans pour un retour vers un « petite Angleterre » et ceux pour un agrandissement de l’Empire colonial.
Les réformateurs souhaitaient la fin de l’ancien régime colonial, pour des raisons économiques. Iln’était cependant pas contre une poursuite de l’expansion, mais à certaines conditions. Ils souhaitaient une campagne d’émigration d’ouvriers qualifiés en Australie pour développer les colonies, et pour réduire le danger de surpopulation en Angleterre. Ils étaient aussi pour un renforcement de présence numérique anglaise dans des territoires riches tels que le Canada ou l’Afrique du Sud, où certainsimmigrés européens seraient susceptibles de vouloir contrôler les institutions. Ils soulignaient aussi l’intérêt des investisseurs britanniques à placer des capitaux dans les pays où le développement serait rapide.
Il y avait aussi ceux qui préconisaient un retour vers la « petite Angleterre ». Certains jugeaient bon un démembrement total de l’Empire, en parlant d’aventure suspecte la...
tracking img