Commentaire compose sur le chiendent

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1404 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Réalisme a marqué les écrits du XIXe siècle et né contre le Romantisme. Il cherche à dépeindre la réalité telle qu'elle est, choisissant ses sujets dans les classes populaires, et abordant des thèmes comme le travail salarié, les relations conjugales, ou les affrontements sociaux. Mais c’est aussi un mouvement littéraire qui se fait moqué, et de se cas par Raymond Queneau. Ainsi, le passageque nous allons étudier est extrait de Le Chiendent rédigé par Raymond Queneau et publié en 1933. Il s’agit d’un monologue qui évoque les échecs et les rêves sordides d’une héroïne burlesque. Nous allons nous demander en quoi ce texte est-il une réécriture parodique des romans réaliste voire naturaliste ? Dans un premier temps, nous analyserons l’évocation d’un monde triviale. Puis nous analyseronsla place de l’héroïne.

Dans notre première partie, nous allons étudier la description d’un monde trivial.
Tout d’abord, la première chose que nous remarquons est le registre de langue. Le langage employé est familier voire argotique, un argot à vrai dire « titi parisien des faubourgs » : « chouettes », « bathouze », « croupion » et « gosse ». Le langage et vocabulaire utilisés rend lemonde que l’écrivain dépeint comme commun, banal même vulgaire à cause des gros mots : «couillon ». Le registre de langue évoque même le milieu social de l’héroïne qui est un milieu très populaire, de bas cartier. Les réalistes et naturalistes retranscrivent normalement les paroles familiers de ces personnages mais ici les paroles ne sont pas transcrivent ils sont excessifs et rend la lecturedifficilement lisible. Le langage illustre de marques d’oralités, par exemple « douas » ou « Alle », et ceci expose l’héroïne, sa position sociale et son manque d´éducation.
Ensuite nous pouvons observer une énonciation contaminée. Nous pouvons bien voir que Queneau ne respecte pas les codes d’un narrateur, il prend la place du personnage. Le narrateur qui est également l’écrivain possède normalementun langage soutenu et non pas familier-argotique. Le discours employé est un discours indirect libre, par exemple : « Quelle courage alle avait tété ».La structure des phrases sont même incorrecte avec la présence d’une phrase averbale : « Total, quarante » ou un autre phrase incorrecte : « Quelle courge alle avait tété.» Tout d’abord le terme « tété » est supposé être était (téter signifie sucerle lait de la mamelle et ceci souligne son infériorité manque d’éducation) et « alle » et supposé être « elle » et il y a plusieurs fautes d’orthographes. Ceci donne l’effet monologue interne comme si l’héroïne se parlait dans la tête. L’énonciation sert aussi à imiter l’ignorance de l’héroïne.
Enfin, nous étudions le cadre spatiotemporel de ce monde trivial. Queneau nous présente avec unmilieu urbain qui illustré à travers le langage utilisé mais il place son héroïne dans un cadre urbain qui est illustré par « le taxi » et « café ». Mais nous pouvons aussi noter que l’héroïne se trouve à la deuxième partie du XXeme siècle grâce aux appareils de maisons et objets elle cite : « gaz », « électricité », « ascenseur », « cuisine », « électrique », « frigidaire », « chauffage central » et «teuseufeu » (la radio). « Montécarlau » et « Neuilly » sont des vraies villes, mais ils sont encrés dans le réel à travers l’irréel, le rêve. Ces deux villes sont des clichées, elles aident à montrer à quoi rêve une petite ouvrière parisienne mais aussi souligne le monde triviale de celle-ci (l’héroïne).
Nous venons de voir dans cette partie que Queneau réussit à donner une vision déforméevoire exagérer afin d’illustré un monde parodique tout en utilisant un langage familier voire argotique, en employant une énonciation corrompue et en attribuant un cadre et milieu urbain à la scène, nous allons à présent pouvoir étudier l’héroïne dans son monde parodique.

Dans cette seconde partie, nous nous efforcerons de montrer une anti-héroïne voire même une héroïne burlesque.
D’une...
tracking img