Commentaire de texte merleau ponty.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (549 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans ce texte Merleau-Ponty répond à la question de savoir ce qui, chez l’homme, relève de la nature et ce qui relève de la culture. Ces deux ordres semblent bien déterminés lorsque l’on définit lanature comme hérédité biologique : c’est tout ce qui nous vient de nos parents, de nos ancêtre par une transmission génétique. On définit à l’inverse la culture comme tout ce que l’on tient de latradition externe, c’est l’héritage des coutumes, des habitudes, des manières de faire et même de  penser propres à un groupe humain. Cependant ce couple d’opposé nature/culture est remis en question parl’auteur de ce texte. En effet, ce qui fait problème c’est qu’il affirme l’impossibilité de “déméler” ce qui, chez l’homme fait partie de la nature et ce qui fait partie de la culture. Dans un premiertemps il montre que l’opposition est une opinion, puis le sens de ce noeud indénouable entre les deux notions.
I/ L’opposition naturel / fabriqué : une opinion
1/ L’illusion de conduites naturellesCette complexité, ce noeud entre nature et culture  s’oppose à l’opinion qui affirme qu’il est naturel de piquer une colère comme d’embrasser son amoureux. Pour l’opinion il esxiste deux catégoriesdistinctes pour expliquer les comportements de l’homme, le naturel semble être inné, tout le reste serait fabriqué par l’homme.
2/ Les sentiments ne sont pas innés
Comme les mots et leurs usages, lessentiments sont ce que l’homme en a fait, ils sont construits, fabriqués par un milieu culturel, formés par des habitudes sociales, comme par exemple le sentiment de paternité (il peut y avoir unsubstitut du père biologique qui éprouve ce sentiment).
II/ L’impossibilité de déméler l’écheveau nature / culture
1/ On ne doit pas superposer les deux notions
La culture ne vient pas s’ajouter à lanature, il faudrait qu’elle soit identifiable et séparée des comportements naturels.
2/ La nature ne s’efface pas chez l’homme : une sorte “d’échappement”
“Rien qui ne se dérobe” dit l’auteur,...
tracking img