Commentaire de texte: or je dis: l'homme kant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 24 (5817 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le texte :
« Or je dis : l’homme, et en général tout être raisonnable, existe comme fin en soi, et non pas simplement comme moyen dont telle ou telle volonté puisse user à son gré ; dans toutes ses actions, aussi bien dans celles qui le concernent lui-même que dans celles qui concernent d’autres êtres raisonnables, il doit toujours être considéré en même temps comme fin. Tous les objets desinclinations n’ont qu’une valeur conditionnelle ; car, si les inclinations et les besoins qui en dérivent n’existaient pas, leur objet serait sans valeur. Mais les inclinations mêmes, comme sources du besoin, ont si peu une valeur absolue qui leur donne le droit d’être désirées pour elles-mêmes, que, bien plutôt, en être pleinement affranchi doit être le souhait universel de tout être raisonnable.Ainsi la valeur de tous les objets à acquérir par notre action est toujours conditionnelle. Les êtres dont l’existence dépend, à vrai dire, non pas de notre volonté, mais de la nature, , n’ont cependant, quand ce sont des êtres dépourvus de raison, qu’une valeur relative, celle de moyens, et voilà pourquoi on les nomme des choses ; au contraire, les êtres raisonnables sont appelés des personnes, parce que leur nature les désigne déjà comme des fins en soi, c’est-à-dire comme quelque chose qui par suite limite d’autant toute faculté d’agir comme bon nous semble (ce qui est objet de respect). Ce ne sont donc pas là des fins simplement subjectives, dont l’existence, comme effet de notre action, a une valeur pour nous : ce sont des fins objectives, c’est-à-dire des choses dont l’existence estune fin en soi-même, et même une fin telle qu’elle ne peut pas être remplacée par aucune autre, au service de laquelle les fins objectives devraient se mettre, simplement comme moyens. Sans cela, en effet, on ne pourrait trouver jamais rien qui ait une valeur absolue. Mais si toute valeur était conditionnelle, et par suite contingente, il serait complètement impossible de trouver pour la raison unprincipe suprême. »
Le commentaire :

Dans ses Fondements de la métaphysique des mœurs Kant s’oppose à ce qu’il appelle la philosophie pratique populaire. Dans cette œuvre il est donc question de fonder une morale a priori, en dehors de l’expérience afin que les actions humaines puissent être morales de manière universelle. C’est ce que ne fait pas cette philosophie pratique populaire quicombine des concepts et se base sur l’expérience donnant lieu à une morale contingente, c’est-à-dire qui selon les situations peut donner lieu à des actions immorales bien qu’en conformité avec cette philosophie pratique populaire, cette morale du général. Grâce à la raison pure, cette faculté qu’a l’homme de légiférer de façon autonome, c’est-à-dire a priori, en dehors de l’expérience et dont les loisont une portée universelle, Kant nous montre qu’une telle morale est possible. La force de ces lois de la raison pure dites aussi objectives s’affirme pour la volonté sous la forme de l’impératif, commandement de la raison sur la volonté. Et l’impératif le plus important est l’impératif catégorique. Ce dernier contraint la volonté à agir selon la loi objectives sans autre alternative, sans que lavolonté ne puisse basculer du côté de l’influence de l’expérience que Kant nomme inclination, contingence ou encore mobile.
Ici, la possibilité d’une morale universelle, d’une métaphysique des mœurs est démontrée. Mais il est possible de s’interroger sur l’implication d’une telle démarche ? En quoi cette recherche d’une morale universelle est-elle importante et surtout comment est-elle possibledans le domaine de la raison pratique, dans nos actions ?
Le simple fait de considérer cette morale pratique populaire, basée sur l’expérience concernant notre façon d’agir par rapport à notre humanité nous montre qu’il est risqué de se fier à une telle morale, puisque celle-ci peut nous conduire à mal agir. C’est ce que nous montre cet extrait de la seconde section qui va permettre de démontrer...
tracking img