Correspondance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (687 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
AXE D’ÉTUDES

Quelques pistes et réflexions pour l’étude de textes littéraires.

Litteratura.com

INTRODUCTION
Ce poème est un sonnet (ABBA / CDDC / EFE / FGG) ; à travers cette forme fixe,immuable, Baudelaire évoque la Nature dans toute sa splendeur, au milieu de laquelle l’homme se promène envahi mais charmé. Le poète retranscrit les sensations rencontrées lors d’une ballade en forêt.CHARLES B AUDELAIRE

(1821–1867)

IV. CORRESPONDANCES

in Les Fleurs du Mal (1857)

I. UNE NATURE

GRANDIOSE , IMPOSANTE , VIVANTE

La nature est un temple où de vivants piliers Laissentparfois sortir de confuses paroles ; L’homme y passe à travers des forêts de symboles Qui l’observent avec des regards familiers. Comme de longs échos qui de loin se confondent Dans une ténébreuse etprofonde unité, Vaste comme la nuit et comme la clarté, Les parfums, les couleurs et les sons se répondent. Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants, Doux comme les hautbois, verts commeles prairies, – Et d’autres, corrompus, riches et triomphants, Ayant l’expansion des choses infinies, Comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens Qui chantent les transports de l’esprit et des sens.La Nature est ici personnifiée : « vivants piliers (vers 1), elle « observe » (vers 4), « paroles » (vers 2). Elle est imposante, gigantesque : un « temple » (vers 1), comme si elle renfermaitquelque chose de mystérieux ; des « piliers » (vers 1), des arbres centenaires, sorte de lieu inébranlable. C’est un lieu unique, imposant par son unité, presque inquiétant car immense : « vaste comme lanuit et comme la clarté » (vers 7), les mots « nuit » et « clarté » (vers 11) , pourtant opposés, sont ici réunis, symbole de cette unité apparente de la Nature. Mais aussi, on ressent à travers cesvers une grande confusion, tout s’embrouille : « confuses » (vers2), « se confondent » (vers 5). L’immensité du lieu devient infini, la Nature n’a plus de limites : « longs échos » (vers 5), « vaste...
tracking img