Crise grecque

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1044 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La Crise Grecque

1. Quelques chiffres sur la crise Grecque de 2009.
Le pays était submergé par une dette démesurée : plus de 113% de son PIB, soit près de 300 milliards d'euros. Son déficit a atteint plus de 13,6% du PIB. Le pays a besoin de 30 milliards d'euros cette année. Le 19 mai, confrontée à l'échéance d'une obligation, la Grèce devra rembourser 9 milliards d'euros. Ses taux d'intérêtà dix ans sont en augmentation constante. Ils atteignent près de 10% fin avril, tandis que les taux sur 2 ans ont grimpé jusqu'à 18%. Le pays ne peut plus emprunter. Parallèlement, la Bourse d'Athènes est en chute libre. Pour fin 2010, le recul du PIB du pays pourrait être supérieur aux 2% initialement prévus.

2. Comment la Grèce en est-elle arrivée là ?
Le tourisme et le transport maritime,les deux piliers de l'économie grecque, ont subi de graves revers en 2008, -15% de leurs revenus en 2009, à cela s’ajoute d’autres causes, bien plus profonde.
La Grèce a toujours été fortement endettée. Depuis dix ans, son ratio de dette publique n'est jamais descendu en dessous de 100% du PIB et les gouvernements conservateurs qui se sont succédé ont laissé courir les déficits. La Grèce n'a passu profiter des années de forte croissance, entre 2000 et 2007, l'une des plus fortes de la zone euro (4,2 % par an en moyenne), pour assainir ses finances publiques. Car la croissance reposait sur des bases fragiles : un très faible taux d'exportation (moins de 20%) et un endettement individuel très élevé.
De plus, les recettes fiscales grecques sont insuffisantes pour compenser les dépensespubliques. L'économie souterraine dans les services à domicile et dans le tourisme est estimée à 20% du PIB. Autant d'argent qui échappe à l'impôt. On dit même que la fraude fiscale est un sport national en Grèce.
A cela s'ajoute, une forte corruption et des statistiques économiques frauduleuses. En 2004, le pays a par ailleurs reconnu avoir modifié ses comptes publics pour donner l'illusion d'undéficit bas. Enfin, la confiance des marchés envers la Grèce est, depuis la révision en 2009 du taux de son déficit public en chute libre.

3. Les conséquences de la crise.

a) un impact sur l'euro.
Le 25 novembre 2009, au moment où les marchés ont commencé à paniquer sur la dette grecque, la monnaie unique s'échangeait contre 1,51 dollar, proche de ses records. Les derniers mois, elle n'envalait plus que 1,33, soit une chute de près de 13% en quatre mois. Durant cette période, la devise européenne n'a cessé de monter ou descendre au gré des nouvelles entourant une aide des États à la Grèce.

b) un risque de contagion des autres pays de la zone euro.
Le scénario d'un défaut de paiement de la Grèce comporte effectivement un risque de contagion.
Le pays représente peu dansl'économie Européenne, "moins de 3 % du PIB de l'UE". Mais, 40% de la dette grecque est détenue par des banques françaises et allemandes. La faillite de la Grèce entraînerait des réactions en chaîne pour d'autres Etats, ce qui pourrait avoir des conséquences catastrophiques si elle touchait un pays plus puissant, comme par exemple l'Espagne, quatrième puissance économique de l'UE, rendant la crisebeaucoup plus difficile à gérer. Principaux visés, les "Pigs"; pour "Portugal, Italy, Irland, Greece and Spain", acronyme utilisé par les anglo-saxons pour désigner les pays de la zone euro qui supportent le moins la crise financière actuelle. L'effet de contagion de la crise grecque est déjà visible sur les obligations de ces pays, ce qui entraîne une crise de confiance. Le risque de contagion auPortugal est réel, estiment déjà certains analystes. Avec une dette publique proche des 80% du PIB. Certains observateurs ont également pointé la situation difficile du Royaume-Uni, bien qu'il soit encore hors de la zone euro, dont le déficit atteint 13,6% du PIB.

4) les solutions économiques et politiques prisent pour rembourser la dette.
Voici les principales nouvelles mesures prévues, qui...
tracking img