Croissance, developpement et changement social

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1964 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
I- De la croissance au développement.

1/La notion de croissance économique.

A) Qu’est-ce que la croissance?

B) Les limites de la croissance.

2/ La notion de développement.

A) Qu’est-ce que le développement?

B) Les limites du développement.

II- Les interactions entre croissance, développement et changement social.

1/ Les interactions entre croissance etdéveloppement.

A) La croissance peut favoriser le développement.

B) La croissance ne s’accompagne pas toujours du développement.

C) Le développement permet d’assurer une croissance durable.

2/ Les interactions entre développement et changement social.

A) Qu’est-ce que le changement social?

B) Le développement est un facteur de changement social.

C) Le changement socialpeut favoriser le développement économique.

Introduction: Croissance, développement et changement social.

Problématiques:
- Quels sont les liens entre croissance et développement?
- Quels sont les interactions entre les 3 termes ?

I- De la croissance au développement.

1/ La notion de croissance économique.

A) Qu’est-ce que la croissance?

Définition: Lacroissance correspond à l’accroissement des biens et services sur longue période, c’est-à-dire une tendance à long terme (« Trend ») indépendamment des variations de courtes périodes que l’on appelle expansion / récession / dépression, dans un pays. La croissance résulte de trois facterus : la capital, le travail et le progrès technique.

Selon François PERROUX, il existe deux possibilités decroissance:
- Croissance progressive = quand la croissance économique est supérieure à la croissance démographique. C'est une croissance qui entraîne le développement.
EX: PIB +10%
Hab +5%
- Croissance régressive = inverse de la croissance progressive. Elle n'entraîne pas obligatoirement le développement.

La croissance est un phénomène quantitatif qui mesure l’évolution des ressources dont ondispose naturellement et collectivement.

Mesure : On utilise le plus souvent deux indicateurs:

1. Le PIB (Produit Intérieur Brut): C’est la valeur des biens et services produits pendant l’année par les agents économiques (entreprises…) résidents à l’intérieur du territoire national.
EX: Toyota (entreprise japonaise) produit des voitures en France. Elle rentre dans le PIB de laFrance.

Le PIB à 4 fonctions:
 mesurer les richesses crées (croissance)
 mesurer le niveau de vie (PIB/hab)
 calculer une hausse de la croissance
 comparer les pays:
EX: PDEM = Pays Développés à Économie de Marché
PED = Pays en Développement
Etc…

2. Le PNB (Produit National Brut): C’est la valeur de la production de biens et services réalisée par les agents économiquesnationaux qu’ils soient installés dans le pays ou à l’étranger.

B) Les limites de la croissance :

Première limite : la croissance est difficile à mesurer et à estimer d’une année à l’autre.

Deuxième limite : la croissance ne prend pas en compte le caractère qualitatif, or lorsqu’il y a des changements qualitatifs il est difficile de faire la distinction entre ce qui est un plusqualité (ce qui alimente la croissance) et la déflation.

Troisième limite : le PIB ne mesure pas toute la création de richesse (fraude fiscale, économie illégale), il ignore l’économie souterraine:
 économie domestique, gratuite = non monétaire
 économie monétaire, légale, mais dissimulée (EX: travail « au noir », fraude fiscale)
 économie illégale

Quatrième limite : problème del’unité monétaire:
 dans le temps (inflation)
 dans l’espace car il n’y a pas d’étalon monétaire international.
Une même quantité de monnaie n’a pas le même pouvoir d’achat d’un pays à l’autre (méthode du Big Mac en Angleterre)
EX: si 1$ en Chine permet d’acheter deux fois plus de la même marchandise qu’1$ aux Etats-Unis. Il va falloir réévaluer la réalité du PIB chinois.
Si le...
tracking img