De gaulle et la france

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1571 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Du 18 juin 1940, date de son appel à la résistance sur les ondes de la BBC à sa démission de la présidence de la République en avril 1969, le général de Gaulle a marqué la vie politique française, qu'il ait été au pouvoir ou dans l'opposition. De Gaulle occupe une place à part dans la vie politique française. De Gaulle avait une certaine idée de la France et de l'État ; Michel Debré, son premierministre disait « lorsque Mitterrand parlait, il parlait de lui-même, quand de Gaulle parlait, il parlait de la France. Le combat pour la réalisation de cette idée commença pendant la Seconde Guerre mondiale et une autre guerre, celle d'Algérie, lui permit de la concrétiser.
Quelle était cette idée de la France et de l'État et comment l'a-t-il appliquée ?
Le rôle politique de De Gaullecommence pendant la Seconde Guerre mondiale, son échec pour convaincre les partis politiques de ses conceptions sur les institutions républicaines le conduit à rentrée dans l'opposition avant de revenir au pouvoir en 1958 lors de la crise algérienne et de pouvoir enfin faire triompher ses conceptions et son idée de la France.

Après la signature de l’armistice le 16 juin 1940, le général de Gaulleorganise à Londres la France libre. L’appel qu’il fait le 18 juin a moins été entendu que ne le proclamera la légende gaulliste. Il n’en fonde pas moins un refus global de l’armistice, puis du régime de Vichy. Le général entend amener la France à combattre aux cotés des Alliés pour la faire figurer dans le camp de la victoire future, ce qui explique l’engagement d’effectifs à Dakar et Alger, enautres.
Il doit cependant obtenir du peuple français une légitimité démocratique afin d’asseoir sa reconnaissance internationale, surtout au près des Américains qui prévoyaient la mise en place d’une occupation alliée. De Gaulle s’efforce de fédérer autour de son nom la résistance intérieure française. Il fonde en juin 1944, à Alger le Gouvernement Provisoire de la République Française dont il est lechef jusqu’en janvier 1945. Après la libération de Paris le 25 aout, le général descend triomphalement les Champs Elysées, acclamé par des millions de Parisiens.
A la fin de la guerre de Gaulle estime que la République n’est jamais morte ; il refusera de la proclamer au balcon de l’hôtel de ville en aout 1944. La défense de la République a toujours été une dimension fondamentale de la Résistanceintérieure comme extérieure. Après la Libération, le mythe, de De Gaulle, comme sauveur et homme de la résistance est né ; avec celui-ci, une idée de la France, nouvelle, puissante et ayant une place légitime dans les relations internationales.

Après la Libération de Gaulle a deux priorités : restaurer l’Etat et réintroduire la France parmi les grandes puissances. Les élections d’octobre 1945engendrent un conflit entre les partis et de Gaulle. En effet, le 21 octobre 1945, les électeurs et les électrices doivent élire une Assemblée et répondre à un double référendum. Jusqu’en octobre, seul le général de Gaulle incarnait la légitimité nationale, désormais il doit composer avec les députés. Malgré son élection à l’unanimité à la tête du GPRF, le 13 novembre, il entretient vite desrelations tendues avec l’Assemblée et avec les partis, surtout avec la PCF. De Gaulle est même écarté de la préparation de la Constitution qui prépare un régime d’Assemblée. Refusant de gouverner sous la dépendance de l’Assemblée et désapprouvant le projet constitutionnel, il démissionne le 20 janvier 1946. C’est la fin de l’union nationale autour des idéaux de la Résistance et le début de laRépublique des partis
Dans son discours de Bayeux, le 16 juin 1946, de Gaulle expose alors sa propre vision constitutionnelle : le Parlement doit être cantonné dans sa tâche législative et l’exécutif doit retrouver un pouvoir fort pour éviter de retomber dans les vices de la IIIème République dont l’incroyable instabilité ministérielle. De Gaulle dira de la IVème République que « un tiers des...
tracking img