Des mensonges officiles

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4377 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Des mensonges officiels
Les autorités américaines ont, semble-t-il, menti sur deux principaux points. D'abord, elles ont affirmé qu'elles ne s'attendaient pas aux attentats du 11 septembre et, en particulier, à leur mode opératoire : l'utilisation d'avions de ligne comme missiles. Ensuite, elles ont soutenu ne pas avoir eu connaissance des futurs terroristes, à l'exception de deux d'entre eux,avant les attentats.

"No specific threat"
Comme base de travail, nous pouvons nous servir de la conférence de presse donnée par Condoleezza Rice le 16 mai 2002 à la Maison Blanche, et dont le sujet était : "U.S. INTELLIGENCE PRIOR TO THE TERRORIST ATTACKS ON SEPTEMBER 11, 2001". Vous pouvez la visionner et aussi la lire en intégralité ici. Durant toute cette conférence de presse, face àdes journalistes qui reviennent constamment à la charge, la Secrétaire d'Etat n'a cessé de répéter le même message :
Nous savions que des attaques d'Al-Qaida étaient en préparation contre les intérêts américains (_« there was specific threat reporting about al Qaeda attacks against U.S. targets or interests that might be in the works... There was a clear concern that something was up, thatsomething was coming »_) ; mais nous imaginions qu'elles auraient lieu ailleurs que sur le sol américain (_« But it was principally focused overseas. »_). Nous savions que des groupes terroristes, comme Al-Qaida, étaient mécontents de ce qui se passe au Moyen-Orient, et nous savions que ces groupes pourraient tenter un détournement d'avion classique, pour demander la libération d'un des leurs (_«hijacking in the traditional sense, and in a sense said that the most important and most likely thing was that they would take over an airliner holding passengers and demand the release of one of their operatives »_) ; mais nos informations restaient très générales, ne spécifiant ni lieu, ni date, ni méthode d'attaque (_« I've emphasized that this was the most generalized kind of information. There wasno time, there was no place, there was no method of attack. »_) ; ce pourquoi nous n'avons pas alerté le peuple américain de ces risques. Enfin, il nous était impossible d'imaginer que des avions de ligne seraient détournés pour être projetés contre des bâtiments (_« _I don't think anybody could have predicted that these people would take an airplane and slam it into the World Trade Center, takeanother one and slam it into the Pentagon, that they would try to use an airplane as a missile, a hijacked airplane as a missile._ »_).
La version de Rice est confirmée par les principaux représentants de l'autorité américaine : Dick Cheney, George W. Bush, Robert Mueller (le directeur du FBI), Ari Fleischer (le porte-parole de la Maison Blanche)... Or, cette version est fausse. Rendez-vous surl'excellent documentaire "9/11 Press For Truth", à partir de la minute 31'30, pour voir ces mensonges démontés. Vous pouvez également lire différentes chronologies qui ont été établies sur le 11 septembre, et qui suggèrent assez clairement une connaissance préalable des attentats - et de ce type d'attentats - par les autorités américaines : la chronologie exhaustive de Paul Thompson (tout sonsite, avec des tas de chronologies qui permettent de lire l'événement du 11 septembre sous quasiment tous les angles, constitue une mine exceptionnelle) ; ou celles, plus limitées et orientées, de Peter Franssen et Michael C. Ruppert.
{text:soft-page-break} Le moins que l'on puisse dire, c'est que les avertissements étaient très nombreux et non moins précis. Ainsi, dès 1999, les services derenseignement britanniques mettent en garde leurs homologues américains : Al-Qaida a l'intention « d'utiliser des avions de ligne de façon non conventionnelle, peut-être comme des bombes volantes_ »_, pour les crasher dans des buildings (Sunday Times, 9 juin 2002). En juin 2001, deux services de renseignement allemands indiquent à la CIA, mais aussi aux services secrets britanniques et israéliens que...
tracking img