Devoir 3 market et com

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2975 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 octobre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
209K32CTPA0310T

MARKETING ET COMMUNICATION

V0

1

Toute proposition pertinente et argumentée sera acceptée. COMPÉTENCES TRAVERSÉES (RELATIVES À L’ÉPREUVE E5) Question 1 Question 2 Question 3 Question 4 C21.7. Caractériser l’annonceur et son contexte C31.2. Mettre à disposition des informations C32.2. Exploiter le produit de la veille C32.4. Exploiter une étude C31.3. Identifier desdomaines de veille C32.1. Évaluer le besoin d’information C12.1. Mobiliser et allouer les ressources pour mettre en œuvre le projet C12.1. Mobiliser et allouer les ressources pour mettre en œuvre le projet C14.4. Organiser des opérations de communication Question 1 C21.2. Analyser le portefeuilleannonceurs C21.3. Segmenter le portefeuille

Question 2

Question 5

Travail 1 (62 points)
1. (10pts) Opportunités L’engouement de la société pour les produits bios dans tous les domaines, et pour tous (quels que soient le sexe, l’âge, la situation familiale…) identifiés comme bons pour la santé et de bonne qualité, respectant l’environnement et « naturels » (sans produits chimiques, sans additifs…). Dimension plaisir : le bio doit aussi être bon ! Envie de se faire plaisir. Préventif plus quecuratif : le consommateur souhaite des produits qui vont prévenir les problèmes de santé, d’où l’intérêt du bio. Attitude favorable, donc, des consommateurs potentiels mais en 2008, 59 % de la population est encore non-acheteur : le potentiel de croissance de ce marché est donc énorme ! Utilisation croissante de produits cosmétiques pour les enfants, et les hommes. Marché en croissance.Développement de microniches car le consommateur souhaite des produits customisés, qui lui ressemblent.

2

CORRIGÉ 03

209K32CTPA0310T-V0

Menaces La crise économique qui réduit le pouvoir d’achat des ménages. Coût de revient des produits supérieurs, donc prix supérieurs. Exigence du client qui fait très attention aux ingrédients utilisés. Dans le domaine cosmétique, le bio inspire encore de laméfiance (freins : odeur, efficacité). Deux extrêmes s'affrontent d'un côté, la molécule 100 % naturelle, de l’autre le high-tech de la chimie. De nombreuses marques se lancent sur le marché (un nouveau produit de la cosmétique naturelle sort chaque jour) et les grands (Dior, Chanel, Kiehl’s…) se positionnent sur le créneau. Forces 14 ans d’expérience, dont 12 dans le domaine cosmétique. Cellule R&Dqui assure un renouvellement et une amélioration constante des produits. Une cellule contrôle qualité forte qui conforte le choix des acheteurs. Engagement au Club 1 % pour la planète en 2007 ; Trophée de l’entreprise citoyenne en 2006 gages de crédibilité. Indépendance par rapport aux grands groupes : ne peut pas être accusée de « greenwashing ». Distribution large qui touche tous les circuits :pharmacie, grande distribution, magasin propre, Internet… Croissance forte : 11 à 32 % par an. Label bio pour 65 % des produits ; pour la gamme SO’BiO étic sont tous certifiés par Écocert et labellisés Cosmébio. 60 % des produits fabriqués en interne. Faiblesses Peut-être trop de gammes différentes ? Risque de se disperser ? Les noms des gammes ne sont pas « à la mode ». Un homme cherche à traversles produits cosmétiques à renforcer son identité virile et attend des arguments convaincants, car il attend un retour sur investissements, une solution-produit qui « fonctionne ». Alors que la promesse, pour la femme, est davantage inscrite dans le rêve… : on peut donc se demander si Léa Nature réussira sur le créneau de la cosmétique pour homme si elle reste sur son fonctionnement actuel. 2. (5pts) Profil type de l’acheteur de BIO (2 pts) Femme, entre 35 et 64 ans, PCS sup (cadres, professions intellectuelles, intermédiaires), urbaine, région parisienne NOTA BENE Il y a une différence entre les acheteurs (les femmes) et les consommateurs (toute la famille). Toutefois, les annexes montrent que – les hommes sont de plus en plus soucieux de leur apparence : 62 % des 25-34 ans ont une...
tracking img