Dissertation sur les charniers de timisoara

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 38 (9352 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
En 1989, la Roumanie est un pays communiste dirigé par Nicolae Ceaușescu. Il est le principal dirigeant de ce régime de 1965 à 1989, lors de la révolution. Alors que toute l'Europe de l'est devient libre, Nicoale Ceausescu semble tenir bon. Le communisme vire à la dictature et mène à l'appauvrissement de la population roumaine. Ainsi, le mécontentement du peuple se fait ressentir.

Le 16décembre 1989, une manifestation a lieu à Timisoara, ville de l'ouest de la Roumanie. En effet le pouvoir impose à Laszlo Tökes, pasteur protestant de la ville, une mutation de paroisse. Celui ci refuse et est soutenu par ses paroissiens. Les forces de l'ordre répriment de façon très violente les manifestations et tirent sur la foule. L'agitation monte ensuite pendant 6 jours. Le 21 décembre, un meetingde soutien à Ceausescu, à Bucarest, se transforme en insurrection populaire. Le dictateur prend la fuite mais sera bientôt capturé avec son épouse Elena. Ils seront fusillés, ce que le nouveau front de salut national qui lui succède annonce en cadeau de noël le 25 décembre en montrant leur corps à la télévision. Une fin brutale et violente. Après trois jours de combat, notamment en province, laSecuritate, l'armée, privée de son chef, dépose enfin les armes.

Peu après, une grotesque manipulation est montée à Timisoara : on fait croire à un charnier de 4630 corps qui sont en fait tous extraits du cimetière des pauvres. Les médias se mettent en place afin de transmettre cette fausse information à toute l'Europe. On parle donc de plusieurs milliers de morts à Timisoara et jusqu'à 70 000pour toute la Roumanie. En réalité, seuls 93 personnes sont décédées à Timisoara et environ 700 dans tout le pays.

Toute l'Europe a pourtant cru à cette histoire. Les médias ont réussi à indigner la population grâce aux images et aux gros titres : « Roumanie, le sang de la liberté » ou encore « Roumanie, après le cauchemar ». Les images défilent en boucle à la télévision et dans les journauxet sidèrent l'Europe toute entière. Les radios aussi racontent ce qu'il se passe à Timisoara à ce moment là. Comment ne pas croire à des informations diffusées 24h/24 ? Journaux, magazines, stations et chaînes sont des entreprises généralement privées qui se soucient plus du rendement financier que de l'orientation de l'opinion. Leur but est d'informer et d'expliquer aux lecteurs, auditeurs ettéléspectateurs mais la nécessité de faire du profit transforme l'information en une marchandise qu'ils adaptent au public.

Ainsi, on peut se demander en quoi la ville de Timisoara et l'histoire de ses charniers ont menés à une manipulation médiatique. Pour répondre à cette question, nous allons tout d'abord voir l'histoire des charniers en détail grâce au contexte et aux chiffres. Puis nous verronsla manipulation médiatique et les moyens utilisés par les journalistes pour faire croire à cette histoire.



I. L'histoire des charniers de Timisoara



En 1989, la ville de Timisoara, à l’ouest de la Roumanie, connaît une véritable horreur lors de l’insurrection. Des personnes sont tuées et défigurées. Les médias en parlent et informent des chiffres qui évoluent avec le temps.



1.Le contexte



Un charnier est une fosse où sont entassés de nombreux cadavres. A Timisoara, en Russie, plusieurs charniers ont été retranscrit par les médias. Pour se remettre dans l’histoire des charniers de Timisoara, le contexte doit être décrit.




Ce document présente le contexte à cette période de l’histoire.




En décembre 1989, des dirigeants du Parti communiste roumainont mis en scène une "révolution populaire spontanée" à Timisoara puis à Bucarest pour renverser Nicolae Ceauşescu. Les médias dominants évoquèrent avec emphase 4 630 victimes des émeutes des 17 et 19 décembre (un « envoyé spécial » de Libération), puis amplifièrent le bilan jusqu’à 70 000 morts auxquels s’ajoutèrent, images à l’appui, des milliers de cadavres découverts dans un charnier de...
tracking img