Dissertations

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1412 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Une nouvelle est un récit de fiction court en prose, qui peut donc être publié aussi bien dans les journaux que dans les recueil. La nouvelle est devenue une forme privilégiée de la littérature fantastique, policière et de science-fiction. Spécialiste de nouvelles, Fredric Brown publie en 1958 son recueil de science-fiction Lune de Miel en enfer où il y décrit un monde au bord du gouffre enpleine guerre froide. C’est dans la nouvelle « La Sentinelle » que l’on découvrira la vision de la vie sur cette Terre où tout va mal par des extra-terrestres. Quelle est la stratégie de Fredric Brown pour critiquer l’humain ?
Nous verrons dans un premier temps que c’est un récit construit comme un apologue qui constitue un tout puis qu’il critique le genre humain pour enfin étudier les deux registresprésents dans ce texte : l’épique et le pathétique.

Plusieurs éléments nous laisse penser que le texte de Fredric Brown est un récit. En effet, on y retrouve un cadre spatio-temporel défini par l’occurence des termes « à cinquante mille années-lumière de chez lui » aux lignes 2 et 27, à « cette partie de l’univers » (l.6) et au terme péjoratif « cette saloperie de planète » (l.10). Mais lepoint de vue est aussi omniscient, le narrateur sait tout sur tout comme on le voit à la ligne 1 : « Il avait faim et il était gelé » ou encore « il faisait la guerre dans un monde étranger, en se demandant s’il reverrait jamais son foyer » (l.28). Le texte comporte également des descriptions telles que « il était trempé et baveux » (l.1) ou encore « étrange soleil bleu » (l.3), et des verbes autemps du récit que l’on peut observer : « était » (l.1) et « venait » (l.3) sont à l’imparfait, et « il vit » (l.29) et « il frissonna » (.31) qui sont au passé simple. Ces éléments caractéristique du récit nous informe également sur le genre du texte.
Le texte est en effet une nouvelle. Elle se compose d’une forme brève, d’une entrée en matière in media res : « Il était trempé et tout boueux […]et il était à cinquante mille années-lumière de chez lui » (l.1-2) on commence ainsi le récit au cœur de l’intrigue. On retrouve également un dénouement vif et rapide qui est caractéristique de la chute.
En plus d’être une nouvelle, ce récit est un apologue. Nous n’avons en effet pas de précision sur l’espace-temps défini par des termes vagues : « cinquante mille années-lumière de chez lui »(2), « planète »(10), « Galaxie » (13) et « depuis plusieurs dizaines de milliers d’années » (5). Les personnages n’ont pas de réelle identité, on les caractérise par le pronom « il » (1,26,29), « lui »(2) ou encore « les autres », terme utilisé pour définir l’espèce humaine. De plus, le narrateur nous trompe, nous lecteurs. En effet, la chute se termine par la définition de l’être humain : « avecdeux bras seulement et deux jambes, et une peau d’un blanc écoeurant, nue et sans écailles » (35-36), on réalise alors que le narrateur est un extra-terrestre décrivant les hommes en temps de guerre. Ce qui fait que l’auteur nous dupe sont la manière dont il humanise le narrateur en lui donnant un langage et des sentiments humain : « cette saloperie de planète « (10), « des êtres trop répugnants» (34), « ce bruit affreux et étrange » (30) qui caractérise la peur et l’incompréhension du narrateur ; il utilise également le pronom « il » pour nommé le personnage qu’il ne décrit qu’à la fin avec la formule restrictive « seulement » (34) qui sous-entend que le narrateur possède plusieurs membres et des écailles.
Tous ces éléments constituent un apologue sous la forme d’une nouvelle. C’estdonc un récit bref à visée argumentative.

L’apologue sous-entend que ce récit à un double-sens. Dans ce texte, l’humain est déshumanisé alors que le narrateur qui est un extra-terrestre a des sentiments humains. Les hommes ne sont pas nommés, l’auteur passe par des termes vagues tels que « il », « les pilotes » (6) pour désigner les plus hauts placé dans l’armée, « les fantassins », « la...
tracking img