Dois-je respecter autrui

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1306 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
I] Le respect d'autrui, un principe garanti par le droit
Si un conflit s'instaure avec autrui, allant jusqu'aux coups et blessures, alors il semble que l'on s'expose à des sanctions judiciaires : cela devrait dissuader l'Homme de lui manquer de respect.
Effectivement, les sociétés modernes disposent d'un ordre juridique, efficace et sanctionné, ayant pour mission non pas seulement desanctionner les infractions, mais ayant pour but de prévenir toute atteinte à ses normes juridiques. Le droit, de fait, n'a-t-il donc pas pour dessein essentiel de veiller à ce que l'Homme respecte autrui ? Le droit est, par définition, une collection de lois permettant grâce à la contrainte et aux sanctions d'organiser une société. Aussi, organiser une société, c'est encourager le règne d'une harmonieentre les gens, c'est faire en sorte que l'Homme, lorsqu'il entre en relation avec autrui, le respecte et entretienne avec lui une relation ne portant en rien atteinte à sa personne, aussi bien physiquement, que moralement. Car l'Homme est corps et esprit, et le manque de respect peut donc avoir une double conséquence, physique et psychique. L'Homme sensé ne devrait donc pas porter atteinte au respectqui est dû à autrui, car il s'expose de jure à des sanctions. En l'espèce, Spinoza soulignait qu'une cité démocratique permet le plein accès à la justice, c'est-à-dire une disposition où chacun se voit attribuer ce qui lui revient et ce qui lui est dû. Et, de facto, autrui doit pouvoir se voir attribuer par chaque être humain le respect qui lui est dû, et la cité démocratique le garantit.Seulement, le droit n'est pas mis en application partout de façon efficace, il existe encore sur terre des zones dites de non-droit, où le droit est bafoué, et ces zones permettent le règne de la loi du plus fort faisant alors du respect pour autrui une préoccupation secondaire.

Méthodologie de la dissertation :
La deuxième partie a pour objectif non pas de s'opposer, mais de poser des limites àl'hypothèse de départ, à l'hypothèse de la première partie. Cela vous permet, de fait, de voir les deux aspects de la question initiale, et de vous préparer à la troisième partie qui permettra de dépasser votre raisonnement.

II] Le respect d'autrui, un principe bafoué au sein des zones de non-droit
Le droit n'étant pas efficace et sanctionné dans tous les Etats et dans certaines zones au seinmême des Etats de droit, cela se traduit par l'existence de zones de non-droit, laissant semble-t-il la porte ouverte à toute possibilité d'atteinte au respect d'autrui.
L'Homme peut voir en autrui un être différent, portant en lui des idées qu'il ne tolère pas, ou qu'il n'accepte pas. En l'espèce, si aucune contrainte ne pèse sur cet Homme, n'y a-t-il pas un risque de voir s'installer la loi du plusfort ? Et si loi du plus fort il y a, le non-respect d'autrui ne devient-il pas la norme suprême ? En effet, la loi du plus fort a pour conséquence l'anéantissement des plus faibles, elle permet au plus fort de régner en maitre. Ce faisant, puisqu'aucun droit ne contraint l'Homme à respecter autrui, l'Homme est à même de dominer son alter ego et de le soumettre à sa personne. L'Homme, dans cesconditions, dispose d'une liberté naturelle lui permettant d'agir selon ses envies, en faisant abstraction de toute morale. Rousseau lui-même assurait dans son Contrat social que « ce que l'Homme perd par le contrat social, c'est sa liberté naturelle et un droit illimité à tout ce qui le tente et qu'il peut atteindre ». L'Homme hors de la société, ou qui ne respecte pas les normes juridiquesnationales, peut être inévitablement amené à ne pas respecter ceux qui l'entourent, et ce en n'écoutant que « ce qui le tente ».
Ainsi, lorsque le droit n'est plus, l'Homme s'expose, par l'absence de toute contrainte, à l'atteinte du respect dû à autrui. Mais le fait de ne pas respecter autrui, c'est porter atteinte à un être qui a une dignité, qui est sensible aux paroles blessantes à son égard,...
tracking img