Doit-on craindre une politique du "care" ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (662 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
A l'heure où le secrétariat d'Etat aux personnes agées crée une Journée nationale des aidants, faut-il se réjouir ou se méfier de l'émergence récente des notions de sollicitudes et de solidaritéfamiliale dans l'arène politique ? Qu'un gouvernement décide de reconnaitre l'activité jusqu'alors occultée de millions de concitoyens au bénéfice de leur proche dépendant mérite a priori d'être salué.Qu'un grand parti d'opposition se saisisse du concept anglo-saxon de care pour en faire l'un des piliers de son projet de rénovation sociale peut a fortiori intriguer. Pourquoi cet intérêt soudain pourune solidarité de proximité qui constitue, au-delà des aléas de la vie politique et des enjeux circonstanciés, l'un des maillons fondateurs et séculaires du "vivre ensemble" ?

Doit-on voir ici lamarque d'un intérêt fugace porté par la seule ambition politicienne de se draper dans une nouvelle forme de modernité sociale ? Faut-il redouter une instrumentalisation démagogique de ces hérosordinaires, dont la propre vulnérabilité est généralement à la mesure de la dépendance de celles et ceux qu'ils aident au quotidien ? Ou assistons-nous aux prémisses d'une politique qui amènerait nonseulement à reconnaître de nouvelles compétences aux familles sur le plan socio-sanitaire, mais aussi à inventer une gouvernance adaptée à cette dimension informelle des soins et de la solidarité ?

Lechemin est étroit pour une véritable politique du "care" qui se trouve bordée d'un double risque : celui d'une forme de démission de l'Etat vis-à-vis de ses responsabilités de solidarité collective etcelui d'une intrusion normative dans l'une des dernières enclaves de résistance à la marchandisation – la solidarité de proximité. Reconnaître l'activité indispensable de soutien, d'attention, debienveillance des "aidants" vis-à-vis de leurs proches, c'est accepter de considérer la fragilité et les besoins considérables de plus de trois millions de concitoyens. C'est surtout engager l'Etat dans...
tracking img