Dom juan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1029 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
àéé Le personnage de dom Juan (ou don Juan) apparaît pour la première fois en littérature en 1630 dans une pièce d'un moine espagnol, Tirso de Molina, intitulée el Burlador de Sevilla y Convidado de piedra, littéralement le trompeur de Séville et le convive de pierre : la figure centrale de la pièce est Juan Tenorio, un jeune seigneur qui s'amuse à séduire les femmes en leur faisant croire qu'illes épousera, quand elles sont libres de tout lien, ou qui se plaît à les conquérir en bernant leur mari ou leur fiancé quand elles ne le sont pas. Déguisant son identité, il a pour complice son valet, Catalinón, un homme qui manque de courage et qui se montre parfois récalcitrant. Pour échapper à la vengeance de tous ceux qu'il a ainsi bernés, dom Juan est obligé de fuir sans cesse ; un jour, lecommandeur don Gonzalo de Ulloa, dont il a tenté à Séville de séduire la fille Ana, lui coupe la retraite : dom Juan ne peut s'échapper qu'en le tuant. Par la suite, dom Juan, par jeu, défie la statue funéraire du commandeur de venir souper avec lui ; la statue se rend à l'invitation, et convie à son tour le séducteur à un repas dans sa demeure funèbre : don Juan accepte ; mais, arrivé au lieu dusouper, il comprend, trop tard, que sa dernière heure est venue : le convive de pierre le saisit par la main et le précipite dans les flammes de l'enfer. Ainsi Dieu punit-il celui qui toute sa vie n'a fait que jouer avec ce que les autres hommes considèrent comme sacré, l'amour, la mort et la religion.La pièce fait le tour de l'Europe, et d'autres auteurs reprennent le même sujet : en Italied'abord, vers 1650, où sont jouées deux adaptations, dont l'une est aujourd'hui perdue ; puis en France, vers 1660, où sont jouées deux pièces intitulées chacune le Festin de pierre ou le fils criminel, écrites par des comédiens et inspirées directement de la pièce italienne perdue.Molière reprend le sujet en 1665 et se sert du mythe de dom Juan pour répondre au parti dévot qui a réussi à faireinterdire Tartufe l'année précédente : il incarne l'hypocrisie religieuse dans un « grand seigneur méchant homme » et athée qui utilise le masque de la dévotion pour dissimuler son inconduite. Le dom Juan de Molière est pourtant un personnage ambigu ; c'est un impie, que ses ruses perpétuelles et sa cruauté envers les femmes, envers son père ou envers les petites gens rendent odieux, mais qui n’enapparaît pas moins comme un seigneur prestigieux : fort spirituel, il a aussi beaucoup d'allure et se montre très courageux, n'hésitant pas à porter secours à un homme seul attaqué par plusieurs bandits ; en outre, il va jusqu'au bout de ses convictions, et, bien que personnage central d'une comédie véritable, où l'on rit beaucoup, il n'est lui-même jamais comique et fait rire aux dépens des autres.Lemythe de don Juan se répand alors de plus en plus, et des auteurs anglais, allemands, hollandais, espagnols, italiens, reprennent le personnage, tout au long de la fin du XVIIe siècle et au XVIIIe. Puis des musiciens s'en emparent, avec des réussites diverses : Mozart surpasse tous les autres cependant avec son Don Giovanni, sur un livret de Da Ponte, joué pour la première fois à Prague en 1787,et qui rassemble avec beaucoup de réussite des éléments empruntés à des auteurs précédents, Molière en particulier.Par la suite, tout au long du XIXe et du XXe siècles, on va retrouver le personnage dans d'innombrables pièces de théâtres, dans des nouvelles, dans des romans, dans des contes, dans des opéras, dans des ballets ou des symphonies, au cinéma, etc. : le mythe de dom Juan s'est ancré dansl'imagination collective, et il n'est pas prêt d'en disparaître, même en cette fin du XXe siècle où, avec la libéralisation des mœurs, la libération de la femme, l'accroissement de l'irréligiosité, on pourrait croire qu'il est devenu anachronique.

www.ac-strasbourg.fr/.../Dom_Juan.htm

Le mythe de Dom Juan, avant et après Molière.
1. Les sources- Espagnoles (Tirso de Molina)- Italiennes...
tracking img