Dom juan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 22 (5354 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 avril 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
Dom Juan1 ou le Festin de pierre est une comédie2 de Molière en cinq actes (comportant respectivement trois, cinq, cinq, huit et six scènes) et en prose jouée pour la première fois le 15 février 1665 au théâtre du Palais-Royal. Elle portait alors le titre Le Festin de Pierre, mais Molière n'ayant pas publié la pièce de son vivant, le titre est devenu Dom Juan ou le Festin de Pierre en 1682 lorsde sa première édition dans les Œuvres posthumes de Monsieur de Molière : ce nouveau titre devait servir à distinguer la version originelle de Molière — en prose — de la version versifiée (et édulcorée) par Thomas Corneille qui était depuis 1677 à l'affiche du Théâtre Guénégaud (sous le nom de Molière) et qui avait conservé le titre primitif du Festin de Pierre3. En 1683 parut à Amsterdam uneédition établie probablement à partir d'une copie de comédien, sous le titre Le Festin de Pierre, comédie. Par J.B.P. de Molière. Les historiens du théâtre s'accordent à présenter cette édition hollandaise comme la plus proche du manuscrit originel de Molière: outre le rétablissement du titre originel, y figurent les passages les plus audacieux qui ont été censurés dans l'édition officielle publiée àParis en 1682.

Sommaire [masquer]
1 Contexte historique
1.1 Genèse et sources
1.2 Réception
2 La pièce
2.1 Argument
2.1.1 Acte I
2.1.2 Acte II
2.1.3 Acte III
2.1.4 Acte IV
2.1.5 Acte V
2.2 Liste des personnages
2.3 Registres
2.4 Dénouement
3 Les personnages
3.1 Dom Juan
3.2 Sganarelle
3.3 Les rapports maître-valet
4 Dom Juan au théâtre
4.1 Mises en scène marquantes du XXesiècle
4.1.1 Louis Jouvet (1947)
4.1.2 Jean Vilar (1953)
4.1.3 Patrice Chéreau (1969)
4.1.4 Antoine Vitez (1973)
4.1.5 Daniel Mesguich (1996, 2002)
5 Adaptations cinématographiques et télévisuelles
6 Notes et références
6.1 Notes
6.2 Références
7 Bibliographie
8 Voir aussi
8.1 Articles connexes
8.2 Liens externes
8.3 Autres projets
Contexte historique[modifier | modifier le code]Genèse et sources[modifier | modifier le code]
En mai 1664, Molière produit Tartuffe que le roi applaudit mais qu'il se voit obligé, pour de complexes raisons de politique religieuse4, d'interdire aussitôt. Il s’agit alors pour Molière de faire vivre sa troupe. La pièce Le Misanthrope est encore en chantier5. Molière décide donc de créer rapidement une pièce en prose sur un sujet à la mode : entre1658 et 1661, on trouve pas moins de trois pièces traitant d’un personnage libertin, séducteur et impie précipité dans la mort par une statue de pierre - une comédie italienne montée à Paris en 16586 - la tragi-comédie Le Festin de Pierre ou le fils criminel de Dorimon (Lyon, 1658-Paris, 1661) et Le Festin de Pierrenote 1 de Villiers (Paris, 1659) inspirées toutes deux de la pièce de l’italienGiliberto aujourd’hui disparue7. Ce thème trouve son origine en Espagne dans une pièce de Tirso de Molina, El Burlador de Sevilla. La pièce passée en Italie a inspiré Cicognini, Giliberto et la commedia dell'arte sous le titre de Il Convitato di Pietra. Elle devient célèbre en France à partir de la représentation des Italiens de 16588. Il semble cependant que Molière n’ait eu connaissance que desversions italiennes et françaises9.

Cette pièce s’inscrit dans un projet de Molière de « dénoncer les vices du siècle »10, en particulier l’hypocrisie. Elle est une réflexion sur le libertinage et ses excès. Molière est adepte de la libre-pensée, mais respecte les convictions religieusesnote 2. Il s'attaque principalement à toute forme d'hypocrisie, que ce soit celle du dévot ou celle du libertin. Enprésentant un libertin foudroyé par la vengeance divine, il espère convaincre les spectateurs et les autorités de la moralité de ses intentions5.

Pour expliquer le choix de ce sujet peu dans la manière de Molière et les raisons pour lesquelles il a donné lieu à une comédie à grand spectacle, les historiens du théâtre ont récemment fait observer que si Molière et ses compagnons, qui...
tracking img