Don juan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3354 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Acte 1 scène 1
Annonce des axes
Explication du texte :
I - Portrait d’un séducteur :
- pèlerin -> péjoratif : va de fête en fête
- 5 énumérations :
 (deux phrases) hyperboles
 (idem) croyances de Dom Juan -> Ø
 (3 phrases) ternaire -> ordre décroissant du plus au moins important -> c’est pour le spectateur
 (4 phrases) ternaire -> Dom Juan ne respecte pas lesacrement du mariage, donc il ne croit pas à la religion -> prédateur des fêtes
 (5 phrases) gradation décroissante -> hiérarchie
- Sganarelle se flatte de son maître -> démonstratifs, etc.
- Sganarelle se donne de l’importance en utilisation quelques termes -> pédant
 Molière se moque de l’intolérance de l’époque(ex : ‘turc’-> quelqu’un pense Ø)
 Dom Juan -> héros peu sympa-> séducteur / débauché / impie

II - Rapports maître – valet :
- plein d’exagérations
- Sganarelle Se prend pour un artiste -> métaphore filée grossière/comique
- Souhaits de Sganarelle Rapport avec fin du texte
- Sganarelle se plaint -> mais grandeur Dom Juan le soumet -> (trois phrases) rythme ternaire -> gradation -> impuissance, lâcheté, hypocrisie -> Dom Juan >volonté humaine
- Dom Juan arrive-> comique -> Sganarelle vient d’avouer sa lâcheté et en fait preuve-> Comique du valet bouffon
 2 personnages peu sympathiques -> Maître monstre, Valet ridicule -> Dom Juan nous inquiète, et nous ne faisons pas confiance à Sganarelle.

Conclusion
    Molière résout le paradoxe de la scène en mettant les propos dans la bouche de Sganarelle.Ceci permet de surprendre et de séduire le spectateur tout en évitant la censure. Cette scène est originale : en nous parlant du tabac Sganarelle nous délivre les thèmes de la pièce et nous parle de Dom Juan.
Acte 1 scène 2

  Dans cette tirade, le protagoniste explique à son valet combien il est peu amusant de se donner pour un seul quidam et que seule la diversité peut donner du goût à lavie.

  Dom Juan commente à Sganarelle que ce sont les autres qui sont dans l’erreur à aimer toujours la même personne et que le dévouement ne fait pas partie des aptitudes des grands de ce monde. Comme il nous est démontré par les métaphores à partir de la strophe 47 : " …de s’ensevelir pour toujours dans une passion, et d’être mort dès sa jeunesse à toutes les autres beautés qui nous peuventfrapper les yeux ". Si le changement, le mouvement sont ses qualités, il ne cherche guère la continuité.

  Et pourquoi n’aurait-il le droit de s’offrir à toutes les gracieuses qui passent devant ses yeux ? Sous prétexte de quelques bonnes manières ! Et bien il les brise pour mieux jouir de sa voracité. Molière utilisera aussi un euphémisme : " je cède facilement à cette douce violence dont ellenous entraîne ", strophe 55.

  L’amour qu’il éprouve pour une femme ne lui donne pas le droit de priver toutes les autres et la première ne doit pas s’accaparer de sa personne .C’est un plaisir pour lui de séduire les personnes comme on le voit à la strophe 65 " à réduire, le cœur d’une jeune beauté , le cœur d’une jeune beauté,… " et de remarquer chaque jour l’avancée dans le cœur de la belle" à voir de jour en jour les petits progrès qu’on y fait ". Il utilise un champ lexical se référant au combat (vaincre, honneur, rendre les armes…).

  Dès qu’il domine la situation et que de tout son cœur la femme qu’il a séduite l’aime alors il n’y a plus de profit à retirer, de petits amusements que permet la vie lorsque l’on offre son cœur. La scène devient lassante " nous nous endormonsdans la tranquillité, strophe 76 " et très vite il faut trouver une autre proie.

  Son souhait le plus cher est de ne jamais s’arrêter et de courir de femmes en femmes, de trophées en trophées. Déjà il annonce que rien ne l’arrêtera dans sa folle course vers l'enfer. Il souhaite d’autres mondes alors que sa fin est imminente.

  Molière montre le cynisme d’un homme qui refuse de croire que...
tracking img