Dossier sur le papier

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 26 (6316 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le papier: définition et composition
Le papier est actuellement le principal support de l'écriture; du point de vue physique, il n'est rien d'autre qu'un enchevêtrement de fibres, généralement végétales, étalé en feuille.
Ses origines sont extrêmement lointaines; sa composition et sa fabrication ont varié au fil du temps, mais sans changer dans le principe.
Le papier proprement dit fit trèsprobablement son apparition au IIe siècle ap. J.-C., en Chine. On l'obtenait à l'origine à partir de résidus de soie, de tissu ou de plantes comme le mûrier et la ramie, broyés, mélangés à de l'eau et filtrés à l'aide d'une sorte de tamis de bambou où se déposait la âte. Une fois sèche, collée (généralement avec des agents de collage extraits de racines et d'algues) et purifiée, cette pâte devenaitune surface apte à recevoir l'encre.
Le procédé de fabrication chinois, dont le secret était jalousement gardé, s'est à l'origine relativement peu répandu. Il gagna tout d'abord la Corée, puis le Japon (VIIe siècle), où l'on parvint en perfectionnant les méthodes à obtenir des papiers de meilleure qualité.
Après la conquête de Samarcande, au VIIIe siècle, les Arabes arrachèrent ce secret à desprisonniers chinois et propagèrent l'usage de ce support sur l'ensemble de leurs territoires, l'introduisant ainsi en Occident par l'Espagne. L'utilisation du papier est attestée en Europe, et plus précisément à Cordoue et à Séville, dès le Xe siècle; à partir de ce moment, son usage se répandit lentement dans le reste du continent, le papier ne parvenant en Russie qu'au XVIIIe siècle, c'est-à-direplus tard qu'en Amérique, où il fut introduit au XVIe siècle par les Espagnols.
Dans le même temps, les matières premières entrant dans sa fabrication allaient se modifiant. Les Arabes y incorporèrent des fibres de coton, tandis qu'en Europe on utilisa essentiellement les chiffons de coton, mais aussi et surtout, de chanvre et de lin.
Le procédé consistait à laisser pourrir les morceaux dechiffon dans de la chaux pour en faciliter le défibrage; on les broyait ensuite à l'aide de maillets hydrauliques ou, à partir du XVIIe siècle, d'une pile hollandaise (roue cylindrique armée de couteaux), systèmes qui permettaient d'obtenir un meilleur raffinage.
La pâte ainsi obtenue était extraite de la pile au moyen de formes métalliques qui laissaient leur empreinte sur le papier, et celui-ci,une fois sec, était collé. Au début, on se servait de colles végétales; plus tard, on passa aux colles animales et, enfin, on recourut à l'alun pour durcir la pâte.
Le papier ainsi obtenu est de très bonne qualité, en raison de sa légère alcalinité, qui le protège contre l'acidité, et de la nature de ses additifs, qui sont intrinsèquement inoffensifs. Seule la présence d'alun suscite des problèmesde conservation. Ses principales caractéristiques sont les marques (vergeures) laissées par la forme et l'uniformité de la dilatation, dans toutes les directions, due à la régularité de répartition des fibres.
Le procédé manuel céda progressivement la place à des méthodes de plus en plus mécanisées qui permirent d'obtenir un papier aux caractéristiques différentes, dit papier continu. La premièremachine de ce type apparut vers la fin du XVIIIe siècle et est l'ancêtre des machines actuellement utilisées dans l'industrie papetière.
Les machines à papier continu consistait en une toile sans fin sur laquelle se déposait la pâte, donnant non pas des feuilles mais de longues bandes de papier. Le papier continu se distingue essentiellement par le fait qu'en raison du mouvement de la machineles fibres tendent à se disposer de préférence dans le sens longitudinal, si bien que le papier se dilate davantage transversalement. Ce type de papier se reconnaît aussi à l'absence de vergeures, mais cette absence n'est qu'une preuve relative, puisque l'on peut fabriquer des papiers avec de fausses vergeures ou, à l'inverse, fabriquer des papiers à la main en se servant de formes de toile qui...
tracking img