Droit de l'enfant analyse de l'article 28

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1247 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Droits de l’enfant

Article 28
1. Les États parties reconnaissent le droit de l'enfant à l'éducation, et en particulier, en vue d'assurer l'exercice de ce droit progressivement et sur la base de l'égalité des chances:
a) Ils rendent l'enseignement primaire obligatoire et gratuit pour tous ;
b) Ils encouragent l'organisation de différentes formes d'enseignement secondaire, tant général queprofessionnel, les rendent ouvertes et accessibles à tout enfant, et prennent des mesures appropriées telles que l'instauration de la gratuité de l'enseignement et l'offre d'une aide financière en cas de besoin ;
c) Ils assurent à tous l'accès à l'enseignement supérieur, en fonction des capacités de chacun, par tous les moyens appropriés ;
d) Ils rendent ouvertes et accessibles à tout enfantl'information et l'orientation scolaires et professionnelles ;
e) Ils prennent des mesures pour encourager la régularité de la fréquentation scolaire et la réduction des taux d'abandon scolaire.
2. Les États parties prennent toutes les mesures appropriées pour veiller à ce que la discipline scolaire soit appliquée d'une manière compatible avec la dignité de l'enfant en tant être humain etconformément à la présente Convention.
3. Les États parties favorisent et encouragent la coopération internationale dans le domaine de l'éducation, en vue notamment de contribuer à éliminer l'ignorance et l'analphabétisme dans le monde et de faciliter l'accès aux connaissances scientifiques et techniques et aux méthodes d'enseignement modernes. À cet égard, il est tenu particulièrement compte desbesoins des pays en développement.

L’origine du problème :

L’éducation était, avant la convention des droits de l’enfant, plus un bien qu’un droit.
Que nous parlions d’école ou de tuteurs privés, l’argent était nécessaire pour acquérir ne serait-ce qu’une instruction de base (lire, écrire, compter).
Toutes les personnes qui n’avaient pas de quoi payer une éducation ou une instruction à leursenfants les faisaient travailler dans les usines, dans les champs ou encore à la maison.
En effet, l’école obligatoire remet en cause le travail des enfants car elle a permit de retirer les enfants de ces usines ou de ces champs.
On peut aussi remarquer que la plus part des écoliers étaient à l’époque des petits garçons. L’égalité des sexes peut aussi être perçue comme l’un des fondements decette loi. La scolarisation des petites filles est encore un défi pour des pays dans lesquels, l’inégalité des sexes est encore aujourd’hui très présente.
Une éducation gratuite pour tous offre à l’enfant un épanouissement intellectuel qui développera son esprit critique, ainsi que la possibilité d’apprendre un métier et de cette façon le préparer à une vie d’adulte en ayant conscience desinjustices. Cette instruction n’est pas que bénéfique à l’enfant mais aussi à son pays. Car l’éducation permet et/ou permettra aux pays en voie de développement d’accéder à un meilleur niveau de vie.
En allant à l’école, chaque enfant se constitue une personnalité par des rencontres et par un apprentissage basé sur les responsabilités vis-à-vis de soi-même et des autres et le respect d’autrui. En résumé,sur la morale.
L’éducation est « l’art de former les hommes » selon Rousseau dans « l’Émile, ou De l’éducation ».
La création d’une telle loi est donc justifiée par l’ensemble de ces raisons, mais la plus importante est que l’école est indispensable au développement d’un enfant, car elle lui offre la chance d’un avenir productif et lui permet de choisir sa vie.

Les limites de ce droit :Les limites de ce droit sont moindres, car en presque aucun cas l’instruction serait nuisible à un enfant sauf peut-être dans deux situations.
Premièrement, le fait qu’un enfant aille à l’école ne doit pas empiéter sur ses besoins vitaux. On ne peut obliger un enfant d’aller à l’école si cela l’empêcherait d’accéder aux besoins de premières nécessités. Cette limite ne concerne pas la plus part...
tracking img