Dumarsais : encyclopedie : article « philosophe »

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1324 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’encyclopédie est une œuvre majeure du 18 e siècle. Elle a été réalisée sous la direction de Diderot et D’Alembert (entre 17551 et 1772), ce projet aboutit à la publication de 27 volumes d’articles et de planches sur tous les domaines y compris les sciences et techniques. La raison domine tout l’ouvrage. Deux objectifs sont présents : Vulgariser les connaissances et lutter contre les préjugésLes Encyclopédies ont dû faire face à la censure, à de nombreuses attaques …

Le passage est un extrait de l’article « Philosophe ». En 6 paragraphes, ce portrait du philosophe est une réponse à la critique contemporaine, cela cherche à définir l’esprit qui anime les auteurs de l’Encyclopédie.

En quoi cette définition est un éloge du philosophe ?

A Un homme au service du savoir et de lasagesse.

1 Une démarche scientifique.

Le philosophe est présenté ici comme un savant utilisant une méthode expérimentale. La démarche consiste à observer puis à comprendre. Il y a un rythme ternaire avec un point d’orgue sur le mot « connaissance ».

Il y a une métaphore de l’horloge avec une référence au progrès. Le philosophe est un savant accompli, capable de mettre en œuvre tout seuldes moyens pour arriver à la connaissance. La suite du paragraphe nous présente les conséquences de cette démarche scientifique.

Il ne s’appuie que sur des faits, toute hypothèse doit être vérifiée. La répétition de la construction ( pour … ce qui est …) souligne fortement cet aspect. Le philosophe accepte la possibilité de ne pas savoir, contrairement aux autres hommes, ce qui est une preuve desagesse. Ceci est introduit par le registre épidictique (éloge) « une grande perfection ». Il y a une synthèse de cet esprit scientifique avec « donc ».

2 La primauté accordée à la raison.

La science du philosophe n’est rien sans la raison. On montre que pour le philosophe la raison est aussi importante que l’soit la religion à cette époque. La raison et le philosophe sont mis en valeurpar un chiasme « la raison et le philosophe … la grâce et le chrétien … la grâce et le chrétien … la raison et le philosophe » aux lignes 8/10. Ensuite le philosophe est nommé « l’être raisonnable ». Le plus important pour lui est ce qui convient. Il accepte que l’on ne soit pas d’accord avec ce qu’il adhère. Il y a la répétition de « même » et une antithèse entre « adopte » et « rejette ».

3 Lesdomaines d’applications.

La connaissance de soi-même, une intériorité est prise en compte. Les verbes de connaissance sont mêlés à des termes de sentiments, il s’agit donc de s’intéressé à l’intériorité de l’individu. Les termes de bien-être apparaissent, donc la recherche du bonheur passe par la raison.

La recherche de la vérité est d’abord d’ordre intellectuel sur le monde qui nousentoure, puis d’ordre moral sur les idées des hommes. Le philosophe rejette les superstitions (« douteux », « vraisemblance ») donc une partie de la religion. Il attaque légèrement la religion par un parallèle avec la raison qui elle offre des faits contrairement à la religion.

Le jugement d’autrui doit être réfléchi pour éviter les préjugés. Le philosophe accepte le point de vue des autrespersonnes. La raison doit être également appliquée dans la vie sociale. L’activité philosophique s’exerce dans tous les domaines de la vie humaine qu’il soit intellectuel, religieux ou social.

B. La complexité de la relation à autrui.

Il y a une synthèse des lignes 35 à 37, qui permet de souligner les qualités intellectuelles du philosophe, le « mais » introduit d’autres qualités qui vont être dansle prolongement des autres. (Relation entre philosophe et les autres hommes).

Un jeu d’opposition

Le portrait du philosophe passe par la comparaison avec les autres hommes. Dumarsais va mettre en évidence la particularité et la supériorité du philosophe. Le passage s’ouvre de manière explicite sur une opposition (l 1 « les autres hommes », l 23 « le philosophe au contraire »). On retrouve...
tracking img