Economie allemande

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 24 (5773 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’ALLEMAGNE
Quels sont les points forts sur lesquels repose l’économie du pays ?
Quels sont ses points faibles et défis qu’elle doit relever ?

INTRODUCTION :
Le carré magique de Kaldor est un instrument précieux qui permet aux économistes d’apprécier la situation dans laquelle se trouve un pays économiquement parlant. Son carré est constitué de deux « couples » : croissance/inflation etemploi/équilibre extérieur. Chaque membre de ces couples ne peut se réaliser sans entraver le développement de l’autre dans l’économie réelle. En théorie c’est un carré, en pratique c’est autre chose.
Le sujet nous invite à déterminer les points forts et les points faibles de l’Allemagne à l’aide d’une comparaison avec un pays « similaire » : la France.
On se demande alors sur quels éléments ducarré magique l’économie germanique repose-t-elle aujourd’hui, c'est-à-dire est-elle puissante ? Quelles sont les forces et les faiblesses du pays ? A-t-elle des défis à relever ?
Nous verrons dans une première partie l’évolution du PIB et l’inflation, puis l’emploi conjugué à l’équilibre extérieur et finalement nous nous intéresserons aux comptes publics du pays.

I) Le PIB allemand estune force tandis que l’inflation est à surveiller. Comparaison avec la France

A) Le PIB : une force
a) Les différentes contributions au PIB
1) Définition
Selon l’Insee, la croissance du PIB peut être décomposée en la somme des contributions de ses différentes composantes : dépenses de consommation des ménages, des institutions sans but lucratif au service des ménages etdes administrations publiques, investissements, variations de stocks et solde commercial.

Dans les cas simples, agrégats en valeur notamment, la contribution d'une composante à un agrégat (le PIB par exemple) est égale au produit du taux de croissance de cette composante par son poids dans l'agrégat à la période précédente.
Pour les volumes aux prix de l'année précédente chaînés, concept de volume selonlequel sont publiés les comptes nationaux, le calcul précédent s'applique aux comptes annuels en prenant l'évolution de la composante en volume chaîné et le poids en valeur (le cas des variations de stocks étant toutefois particulier). Pour les comptes trimestriels, les particularités du chaînage font que le calcul précédent ne fournit qu'une approximation. Celle-ci est généralement suffisante maisles contributions calculées ainsi ne sont pas additives.
(Source : Définition INSEE)
2) Contribution à la croissance du PIB des pays de l’OCDE par pays et par composantes 2010 T1 (en points de pourcentage)
L’Allemagne représente 0.01 du PIB des pays de l’OCDE au trimestre 1 de 2010.
En détail on trouve les consommations privée -0.04, les consommations des administrations publiques -0.02, laformation brute de capitale fixe 0.02, exportations nettes -0.02, exportations 0.08, importations -0.16 et les variations de stocks 0.13.
En Allemagne seule la FBCF, les exportations et les variations de stocks contribuent positivement au PIB des pays de l’OCDE. Au contraire les consommations privées, les consommations des administrations publiques, les exportations nettes et les importationsont contribué négativement au PIB des pays de l’OCDE.

3) Contribution à la croissance de PIB national 2010, Trimestre 1 (en point de pourcentage)
La croissance du PIB allemand sur le trimestre 1 de 2010 était de 0.2. En détail à nouveau, les consommations privées 0.5, consommations des administrations publiques 0.2, formations brutes de capital fixe -0.3, exportations nettes -1.1, variationsdes stocks 1.9.
En Allemagne, les exportations nettes ont contribué négativement à la croissance du PIB national (-1,1 point de pourcentage) mais ceci a été atténué par un restockage important (1,9 point de pourcentage).
Le point fort du PIB allemand réside principalement dans ces variations de stocks.

(Source : Compte nationaux trimestriel de l’OCDE, données 2010)

b) Comparaison...
tracking img