Economie mondiale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 39 (9645 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’ECONOMIE MONDIALE ENTRE
1945-1995

Partie I La reconstruction Economique et financière 1945-1953

Chapitre 1 Continuités et ruptures de l’après-guerre
(L’écart entre les pays industriels et les pays neufs – le reclassement des pôles dominants – le désordre inflationniste)

 Bien que la seconde guerre mondiale a entraîné une paralysie des activités économiques des pays industrialiséset procuré aux économies neuves des pays moins avancées des opportunités de croissance, il n’en demeure pas moins que l’écart entre les pays industriels et les pays neufs qui sont les pays bénéficiaires du conflit mondial à savoir les dominions britanniques, le Mexique, le Brésil et l’Allemagne, n’a pas changé.
-La seconde guerre a même stimulé et réveillé des secteurs en crise depuis 1929 commele textile, la métallurgie ou la chimie.
-La part des exportations mondiales des pays non industrialisés a atteint 35% en 1948 contre 28% en 1937.
-La situation de la plupart des régions sous développées du monde est resté très précaire.

 Les effets de la seconde guerre mondiale ont contribué à renverser les rôles dominants dans le système économique et financier mondial en faveur desEtats-Unis qui concentrent une puissance productive qui atteint la moitié de la capacité mondiale, et au détriment un peu plus de l’Europe occidentale dont les transactions internationales se sont affaiblies dûes à la dévalorisation de la livre sterling face au dollars que du Japon qui voit son économie anéantie au lendemain de sa défaite.
-L’Europe occidentale fournit 37% des exportations en 1948contre 46% en 1937.
-La production industrielle japonaise (surtout l’ancien) est soumise à une véritable tutelle des Etats-Unis.
-l’URSS, sa production est au quart du niveau Américain et son rayonnement commercial est des plus limités puisque les pays socialistes n’effectuent en 1948 que 36% des exportations mondiales.

 L’après-guerre dont se sont imposés les hausses de salaires, les charges dereconstruction financées par un déficit budgétaire et le recours aux produits étrangers pour pallier les pénuries, a eu pour effort de créer un désordre inflationniste marqué par un grave déséquilibre entre l’offre et la demande et qui nuit à l’effort de la reconstruction.
-En 1950-1951, la guerre de Corée a relancé une inflation mondiale qui commençait à s’apaiser.



Chapitre 2 un nouvelordre économique mondial
(Un capitalisme libéral rénové – le système monétaire international de Bretton Woods – le patronage de l’ONU et ses limites – vers un capitalisme ordonné)

 Le nouvel ordre économique mondial, élaboré au lendemain de la seconde guerre mondiale, a été dominé par les principes libéraux du capitalisme Américain qui coïncident au même temps avec les intérêts de l’économiedes Etats-Unis dont l’énorme production nationale réclame de vastes marchés extérieurs aussi ouverts que possible pour s’écouler sans heurts.

 Le système monétaire international (SMI) de Bretton Woods préconisant la libre convertibilité de toutes les monnaies entre elles et avec le Dollar, ainsi que le GATT qui recommande la suppression douanière tolérant néanmoins certaines dérogations, etenfin l’ONU et ses institutions financières, notamment le FMI et la Banque mondiale, constituent les piliers de la reconstruction et de la libéralisation du nouveau système économique et financier international.

 Si la propriété privé des moyens de production et le rôle prépondérant de l’initiative individuelle ne sont pas fondamentalement remis en question, trois caractères apparus aulendemain de la grande dépression des années 30 qui sont notamment le triomphe de la grande entreprise, le rôle accru de l’Etat et l’intervention croissante des syndicats, confirment néanmoins la mutation du capitalisme dont le libéralisme doit désormais être ordonné.
-La grande entreprise se distingue par la masse de ses capitaux, par l’importance de son chiffre d’affaire, par l’ampleur des effectifs...
tracking img