Edouard hopper

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (412 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
E.Hopper , NY Restaurant .
Les œuvres d’Edward Hopper sont le reflet de la vie quotidienne des Américains, l’american way of life, qui transparaît dans des détails réalistes : enseignespublicitaires (Chop Suey, 1929), mobilier urbain (bouche à incendie dans Tôt un dimanche matin, 1930). Les stations service, motels, voies ferrées, rues désertes recréent une ambiance typique américaine. DansNoctambules (1942, Art Institute of Chicago), son œuvre la plus connue, des clients esseulés sont assis au comptoir d’un diner dont les néons contrastent brutalement avec les ténèbres environnantes.
Lestoiles d’Hopper témoignent d’une société en pleine mutation : elles dépeignent essentiellement le cadre de vie et l’existence des classes moyennes, en plein essor dans la première moitié du XXesiècle. Essence (1940) et Motel à l’Ouest (1957) montrent subtilement la naissance d’une société de l’automobile. Les routes, les voies ferrées et les ponts sont d’autres signes de la modernité, du voyageet de la maîtrise du territoire américain. La ferme abandonnée surGrange de Cobb, South Truro, 1930-1933, offre une vision des effets la Grande Dépression. Hopper nous montre la solitude dans lesgrandes villes et des personnages qui semblent regretter une certaine Amérique qui est en train de disparaître.
Certaines œuvres évoquent indirectement la libération de la femme, en cours depuis la fin dela Première Guerre mondiale : Chop Suey (1929) montre des femmes exagérément fardées. Les robes deviennent courtes, les toilettes légères (Matin en Caroline du Sud, 1955 ; Été, 1943). La femmes’émancipe mais Hopper la représente souvent esseulée, encore fragile (Une femme au soleil, 1961).
Hopper traite également le sujet du nu féminin (Eleven AM, 1926 ; Une femme au soleil, 1961) et de l’érotisme(Midi, 1945) ou du voyeurisme (Fenêtres la nuit, 1928 ; Matin dans une grande ville, 1944 ; Soleil du matin, 1952).
Les rapports homme / femme sont enfin représentés : dans Hall d’hôtel...
tracking img