Eginhard, vie de charlemagne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1383 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« Vie de Charlemagne » est une œuvre d’Eginhard traduite du latin par Louis Halphen en 1923. Elle appartient au genre biographique.

Eginhard est né vers 775 dans la vallée du Main situé dans l’actuel Allemagne.
Il grandit et fut éduqué au monastère de Fulda. C’est en 791 ou 792 qu’il est admis à la cour de Charlemagne ou il fait partie des « nourris ». Ces nourris étaient de jeunes gensprésent à la cour de Charlemagne, qui bénéficiait d’une éducation aux frais du souverain. Eginhard comptait donc parmi ces privilégiés.
Rappelons que Charlemagne était un empereur carolingien, fils de Pépin le Bref qui fut roi des Francs, roi des Lombards et empereur d’Occident. Il est connu pour avoir fait de son royaume un égal des autres grandes puissances.

Eginhard est connu pour se distinguerau vue de ces connaissances et c’est pourquoi il put s’installé au palais d’Aix la Chapelle dans la suite du roi. On sait qu’il eut pour mentor Alcuin, un autre savant à la cour de Charlemagne. Alcuin à son départ conseilla son souverain de solliciter en priorité Eginhard quand il lui fallait conseil.
En échange Eginhard dira d’Alcuin qu’il était « l’homme le plus savant de son temps ». SousCharlemagne l’homme exécute quelques missions et il n’occupe pas encore de place essentielle à la Cour.

En revanche c’est sous Louis le Pieux que sa situation va changer. En effet ce dernier est sacré empereur à son tour par Charlemagne lui-même en 813. Louis le Pieux et Eginhard étaient à peu près du même âge et Eginhard devint très vite son secrétaire personnel. En 817 il est chargé del’éducation du fils ainé Lothaire. Il va continuer à exercer à la cour pendant 11 années jusqu’à ce qu’éclate un conflit entre l’empereur et ces 3 fils au sujet du partage de l’empire. Eginhard va choisir alors de se retirer de la vie à la cour pour mener une vie paisible.
On suppose que c’est pendant cette retraite qu’intervient l’écriture de Vie de Charlemagne appelé VITA KAROLI MAGNI IMPERATORIS en latin.Il est très dur de dater exactement l’écriture, Louis Halphen la daterait entre 829 et 836.

Il faut aussi noter que dans ce livre la traduction de Louis Halphen occupe une place très importante, ces interventions étant plutôt nombreuses. Halphen est un historien du XXème siècle spécialiste du Moyen-âge. On lui doit plusieurs œuvres sur les carolingiens et Charlemagne.

Ici on va pouvoir sedemander si l’œuvre d’Eginhard peut être considéré comme une réelle source historique sur la vie de l’empereur Charlemagne.

Nous verrons d’abord la présentation et la structure de l’œuvre. Ensuite nous questionnerons l’originalité de l’œuvre à l’aide de la traduction de Louis Halphen et la place qu’elle occupe dans l’œuvre. Enfin nous évoquerons en quoi l’œuvre fait polémique chez les historiens.1

L’œuvre originale fut écrite en latin. Elle connut un énorme succès très vite et fut donc beaucoup copiée et imitée. On ne compte pas moins de 80 manuscrits et beaucoup d’entre eux s’éloignent de l’œuvre originale.
Louis Halphen pour sa traduction a choisit 5 manuscrits. On compte aussi plus de 30 éditions de la Vie de Charlemagne. Concernant les traduction, les plus connus sont cellesde Guizot en 1824 et en allemand celle d’O Abel en 1893.
La division en chapitre elle aussi n’est pas originale, elle remonte entre 840 et 849 avec Strabon qui publia une édition de la vie de Charlemagne. On remarque donc que très vite l’œuvre d’Eginhard fut reprise ce qui atteste de sa popularité.

Dés les premières lignes de son livre Eginhard précise à ses lecteurs son inexpérience dansl’écriture « il aurait fallu l’éloquence d’un Cicéron ». Mais selon lui le fait de rédiger cet ouvrage s’apparente plus comme un gage de reconnaissance envers celui qui l’a nourrit et accompagné.
Eginhard fait ici preuve d’une grande modestie, il s’excuse presque auprès de ses lecteurs et ils nous annoncent aussi son livre comme étant un éloge de Charlemagne.

Plus simplement on peut diviser...
tracking img