Elargissement de europe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1584 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
© CE
« L'élargissement ne participe pas d'une meilleure intégration de l'Europe. Il est même une source supplémentaire de division entre ses membres issus des différentes vagues d'adhésion. L'accueil d'un nouvel élargissement n'est en effet pas le même selon les pays. [Selon l'Eurobaromètre de novembre 2008] cinq Etats membres estiment que l'élargissement de 2004-2007 a affaibli l'Union : leLuxembourg et la France (54 % dans les deux cas), la Belgique (43 %), l'Autriche (52 %) et l'Allemagne (48 %). Le soutien à un nouvel élargissement, majoritaire dans dix-sept des vingt-sept Etats membres, recueille une forte approbation parmi les répondants des douze derniers Etats membres.

Contrairement au discours des gouvernements des États membres, le traité de Lisbonne n'a pas permis demettre fin à la contradiction ancienne entre l'approfondissement et l'élargissement, déjà au cœur du sommet européen de 1972 à Paris qui a donné le feu vert à la première vague d'adhésion (Royaume-Uni, Irlande, et Danemark). Depuis le traité de Maastricht, les protocoles et les différentes formes de déclarations des États membres n'ont cessé de progresser. Ils sont souvent l'expression de la volontédes États ayant adhéré après le traité de Rome de voir reconnaître le maintien de leur spécificité au sein de l'Union européenne.Elargissement de l'Union européenne, nouveaux défis
Dossier réalisé en juin 2011
L'Europe élargie de demainDans son article "Union européenne : élargissement ou cohérence?" (Questions internationales, n° 45, sept-octobre 2010, La Documentation française) Jean-LucSauron, maître des requêtes au Conseil d'État et professeur associé à l'université Paris-Dauphine, brosse un bilan peu encourageant des élargissements récents et s'interroge sur l'avenir de ce processus.

Un bilan peu encourageant de l'élargissement de 2004-2007

© CE
« L'élargissement ne participe pas d'une meilleure intégration de l'Europe. Il est même une source supplémentaire de divisionentre ses membres issus des différentes vagues d'adhésion. L'accueil d'un nouvel élargissement n'est en effet pas le même selon les pays. [Selon l'Eurobaromètre de novembre 2008] cinq Etats membres estiment que l'élargissement de 2004-2007 a affaibli l'Union : le Luxembourg et la France (54 % dans les deux cas), la Belgique (43 %), l'Autriche (52 %) et l'Allemagne (48 %). Le soutien à un nouvelélargissement, majoritaire dans dix-sept des vingt-sept Etats membres, recueille une forte approbation parmi les répondants des douze derniers Etats membres.

Contrairement au discours des gouvernements des États membres, le traité de Lisbonne n'a pas permis de mettre fin à la contradiction ancienne entre l'approfondissement et l'élargissement, déjà au cœur du sommet européen de 1972 à Paris qui adonné le feu vert à la première vague d'adhésion (Royaume-Uni, Irlande, et Danemark). Depuis le traité de Maastricht, les protocoles et les différentes formes de déclarations des États membres n'ont cessé de progresser. Ils sont souvent l'expression de la volonté des États ayant adhéré après le traité de Rome de voir reconnaître le maintien de leur spécificité au sein de l'Union européenne.

Auxanciens États membres issus des élargissements précédents s'ajoutent désormais les nouveaux venus ayant adhéré depuis 2004. L'élargissement devient lui-même un outil de marchandage : la Bulgarie a ainsi laissé entendre en janvier 2010 qu'elle opposerait son veto à l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne si cette dernière ne lui accordait pas les compensations financières réclamées pourl'expulsion de 250 000 réfugiés du pays en 1912. »

Vers un essoufflement du processus d'élargissement ?

Gardes frontières polonais patrouillant
le long de la frontière ukraino-polonaise
© CE
Dans "Comprendre l'Union européenne" (Formation, Administration, Concours Jean-Marc Sauron, Emmanuel Barbe, Philippe Huberdeau, et Emmanuel Puisais-Jauvin, mai 2011 La Documentation française), les...
tracking img