Enjeux politiques

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3057 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Séance 2 : Etat et autorité politique 10/02/2010

WEBER, Max. Le savant et le politique. Paris : La Découverte, 2003 (nouvelle édition & traduction). 206p.
p.119 « quiconque fait de la politique aspire au pouvoir : soit comme moyen au service d’autres buts (idéaux ou égoïstes), soit pour lepouvoir lui-même, c’est-à-dire pour le sentiment de prestige dont il procure la jouissance»

L’objectif général de ce cours, est de comprendre pourquoi est-ce que les hommes s’organisent (ou sont organisés) en société, pourquoi est-ce qu’il existe quelque chose que l’on pourrait appeler « pouvoir politique » qui est une forme de contrainte qui s’exerce sur les membres d’une société, et pourquoice pouvoir, dans nos sociétés est le plus souvent détenu par l’Etat ?
Ceci nous amènera à nous poser plusieurs questions :
- Qu’est ce que l’autorité/pouvoir politique ?
- Pourquoi est-ce qu’aujourd’hui elle s’incarne presque exclusivement dans l’Etat ? Comment en est-on arrivé à cette situation ?
- Quels sont les rapports entre autorité & violence ?
- Pourquoi ce soumet-on à l’autorité del’Etat ? La notion de légitimité
- L’obéissance est-elle un bien ? Une pathologie ? Une menace ? – est-ce que l’on doit différencier en fonction du régime ?

Eléments de correction exposé 1 + texte :
* Un exposé qui demande des bonnes définitions d’Etat et de politique, et une capacité à articuler ces deux notions, de façon dynamique. On a tendance à définir les deux en miroir, l’Etatc’est la structure institutionnelle/matérielle et symbolique dans laquelle s’incarne le politique, et inversement, le politique c’est les affaires publiques dont on accorde la gestion à l’Etat. Donc cet exposé va en réalité chercher à voir si l’on peut envisager des définitions indépendantes, ce qui est possible sur le plan théorique, mais on va voir que dans la pratique, même avec deux définitionsindépendantes, les deux ont tendance à se recouper, mais pas comme l’Etat seule forme du politique (même dans l’Etat actuel, le politique prend d’autres formes), mais comme l’Etat espace privilégié du politique.

Texte de Pierre Clastres
Voir la fiche de lecture de Mikael.

Les théories du contrat social
Notes sur les autres théories du contrat social :
Les théories de Hobbes, Locke &Rousseau sont les plus « célèbres », mais d’autres auteurs ont pu faire appel à l’idée d’un contrat, qu’il soit explicite ou implicite. Par ailleurs, on peut considérer que Rawls que nous étudierons plus tard a repris la tradition du contrat social.
Vous pouvez vous référer à l’ouvrage suivant :
Cléro, Jean-Pierre et alii (dir.). L'idée de contrat social : genèse et crise d'un modèle philosophique.Paris : Ellipses, 2004
La page sur le contrat social de wikipédia n’est pas mal faite (on pourrait croire que je l’ai copié, mais je viens de la voir !)

- Thomas Hobbes : Le Leviathan (1651) « la crainte et moi somme deux jumeaux »

L’homme n’est pas par nature, un zoon politikon, il n’a pas d’instinct de sociabilité, et l’état de nature est un état de guerre de tous contre tous. Si l’hommese lie aux autres, c’est par intérêt. Les hommes transfèrent à un tiers, leur droit sur toute chose, il y a donc un contrat entre chaque homme, au profit d’un tiers, qui n’est pas directement lié par le contrat. Par le contrat, Hobbes crée une souveraineté, forte, inébranlable. En théorie peut importe qui est le dépositaire de la souveraineté, une assemblée de tous, un homme, un groupe d’hommes,mais la monarchie est plus sûre et moins coûteuse.

Le souverain est le seul détenteur du pouvoir législatif. Toutefois, le souverain a le devoir d’apporter la sécurité. Il doit assurer aux sujets une « innocente liberté », i.e. une liberté qui ne va pas contre la paix. Ne sont bonnes que les lois nécessaires au bien du peuple. La liberté des sujets est donc mise en place par le silence de...
tracking img