Essai

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1325 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le multiculturalisme est un terme sujet à diverses interprétations. Il peut simplement désigner la coexistence de différentes cultures (ethniques, religieuses etc..) au sein d'un même ensemble (pays, par exemple). Il peut aussi désigner différentes politiques volontaristes :
1. Anti-discriminatoires, visant à assurer un statut social égal aux membres des diverses cultures ;
2. identitaires,visant à favoriser l'expression des particularités des diverses cultures ;
3. communautaristes, permettant l'existence de statuts (légaux, administratifs...) spécifiques aux membres de telle ou telle communauté culturelle.
Le multiculturalisme n’est pas simplement un discours strictement méthodologique est limité au cadre des sciences sociales. Son impact s’étend sur plusieurs domaines de la viesociale en dépassant les frontières de la communauté intellectuelle, même si cette dernière est le lieu par excellence de sa naissance et de son développement. Il constitue un sujet de polémique dans les milieux politiques. Il forme avec d’autres concepts le miroir à travers lequel nous nous percevons le monde. Il se présente comme l’une des nouvelles mythologies sociétales, comme un des aspectsindispensables du « dominant culturel » de l’époque actuelle dite postmoderne. En somme, il constitue un phénomène social avec ses propres caractéristiques et sa propre dynamique.
Au moment où le débat sur l'identité nationale prend une tournure inquiétante, il est très utile de se plonger dans ce petit traité philosophique consacré au multiculturalisme. Ce terme doit s'entendre ici comme promouvant« un mode d'intégration politique et sociale qui, sur bien des points, prend le contre-pied du modèle sur lequel se sont édifiés les Etats-nations. Dès lors, la problématique centrale de l'ouvrage est finalement celle qui se pose avec de plus en plus d'acuité dans notre époque : comment nos sociétés démocratiques doivent-elles gérer leur diversité ethno-culturelle ?
L’Europe et, par conséquent,la France ne pouvaient rester indifférentes à cette vogue. Ainsi, en France aussi « nous assistons (…) à une nébuleuse d’idées sur la question, qui ont en commun leur appréciation négative soit de ce qui est, en France et ailleurs, soit de ce qui ne devrait pas être4 ». Or, le multiculturalisme est un concept complexe, défini de manière différente, des médias aux ouvrages universitaires. Ils’agira ici d’interroger le contenu de la notion de multiculturalisme en soulignant conjointement sa portée dans et pour les sciences sociales. Le terme « multiculturalisme » a mauvaise presse en France, où il est fréquemment perçu comme une menace régressive d’éclatement des sociétés démocratiques modernes — fondées sur la volonté des citoyens de vivre ensemble — en multiples communautés ethniquesfigées, repliées sur elles-mêmes et négatrices de la liberté individuelle et des valeurs universelles. Avant d’entamer la discussion, rappelons que le terme « multiculturalisme » est polysémique : il peut être employé pour désigner un aspect de la réalité sociologique contemporaine, la pluralité culturelle ; il peut aussi représenter une conception philosophique du monde ; enfin, il évoque un ensemble depolitiques publiques mises en œuvre afin de gérer la diversité culturelle . Dans le présent article, nous tenterons d’appréhender les vertus et les limites du multiculturalisme en évoquant tour à tour ces trois facettes, et en commençant par la prise en compte sociologique de la pluralité culturelle.
Si le mot « multiculturalisme » désigne l’intention de maintenir à tout prix la tradition et ladiversité culturelles, y compris au mépris de l’individu et des droits de l’homme, il convient de le refuser. En revanche, si la critique du multiculturalisme est une façon pour les dominants, les majoritaires ou les « centraux » de nier la pluralité et la liberté culturelles des minoritaires et donc, consciemment ou non, de maintenir leur position relative, alors, il convient de défendre le...
tracking img