Estime et affirmation de soi

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 196 (48847 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Alain Cartau

Développer l’estime

et l’affirmation de soi,

en milieu professionnel, social et familial

[pic]

Impose ta chance, sers ton bonheur.

René Char

Alain Cartau A.T.S. © ® décembre 2005
Sommaire

Préface

Lexique

Introduction

Chapitre 1

Diagnostic
1. Les concepts
L’estime de soi et la confiance ensoi
Le moi idéal
La signification de la confiance en soi
Les impacts de la confiance en soi
Confiance en soi, estime de soi : de quoi parle-t-on ?
2. Les niveaux logiques de DILTS
3. Les caractéristiques d’un individu qui s’estime
La signification
Les racines de la confiance en soi
Les caractéristiques
Les critères observables

Chapitre 2Comment développer la confiance en soi ?
4. S’accepter
Une voie pour changer ses croyances
Les différentes composantes de l’acceptation de soi
5. Accepter ses émotions
Prendre conscience de ses émotions
6. L’éveil de la conscience
7. Etre en accord avec soi-même
Réaliser ses objectifs
8. Compter sur soi et faire face
Etre conscient
Assumer sesresponsabilités
Savoir s’affirmer
Les techniques d’assertivité

Chapitre 3

Favoriser et maintenir l’estime de soi
9. Les besoins
10. Les moyens, l’intégration
Plan d’action en cinq semaines

Conclusion

Annexes
Annexe 1 -Estime de soi et confiance en soi
Annexe 2 -Mesure de l’assertivité de votre entourage
Annexe 3 - Les droits de la personne assertiveAnnexe 4 -Le profil de conscience émotionnelle
Annexe 5 -Autodiagnostic « Assertivité »

Bibliographie

Préface

Certains d’entre nous ne peuvent se regarder dans un miroir sans désespérer de la personne qu’ils pensent voir. Ils ont appris à se dévaloriser et à minimiser leur propre valeur...

Dans ces conditions, comment peut-on reconquérir l'estime de soi et apprendre àfaire confiance aux autres ?

[pic]

« Ma mère passait plus de temps à souligner mes défauts qu'à essayer de voir mes qualités », raconte Brigitte, aujourd'hui âgée de 40 ans. Il m'a fallu plusieurs années pour m’en me rendre compte. Et quand j'ai entendu ma mère dire à mon fils de sept ans qu'elle le trouvait beau, j'ai sursauté. Elle ne m'avait jamais adressé de tels compliments, àmoi. Je le lui ai fait remarquer et elle m'a répondu que, dans ce temps-là, ça ne se faisait pas, j'aurais pu devenir trop "orgueilleuse" ! Que je sois devenue une femme dénuée de toute confiance en elle-même n'avait pas l'air de la déranger du tout. Bien sûr, je comprends que les principes d'éducation de l'époque enseignaient l'humilité, la modestie.
Aujourd’hui Brigitte n'a aucune confianceen elle. En outre, elle a également du mal à faire confiance aux autres. L'éducation qu'elle a reçue l'a incitée à ne se montrer ni trop belle ni trop intelligente, à tel point qu'elle en est arrivée à perdre toute estime d'elle-même. « Même devenue adulte, dit-elle, il m'est très difficile d'aimer cette femme en moi que j'ai appris à mépriser et à humilier ».
L'expression « confiance en soi »recouvre bien des choses. Quand nous n’arrivons pas à nommer ce qui nous fait souffrir dans telle ou telle situation, nous disons que c'est à cause d'un manque de confiance en nous. Cela nous évite de chercher plus loin. En fait, ce sont des mots qui masquent plus qu’ils n’expliquent. C'est aussi vague que de dire « je suis mal dans ma peau » ou encore « je souffre d'un malaise »En effet, ces expressions ne sont guère explicites. Dans certains milieux, certaines personnes les utilisent même pour rehausser leur prestige. Dans le cas du stress, c'est flagrant. Chez les cadres, par exemple, quelqu'un qui souffre de stress est perçu comme un individu très occupé, qui a beaucoup de responsabilités.
Dans un tel contexte, on comprend aisément qu'une personne préfère...
tracking img