Ethnologie : diffusionnisme et culturalisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (523 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Pour Lévi-Strauss, le paradoxe de l’anthropologie réside dans le fait que l'on y « cherche à faire de la subjectivité la plus intime un moyen de démonstration objective ». En effet à partir d’untravail de terrain, le chercheur essai, en partant de son ressenti, de son expérience et de son émotion de traduire ces données en termes scientifiques universels.

Yvette Delsaut dans sa présentationde De l’Homme de Linton en 1969 rappelle "qu'il n'est pas d'œuvre qui ne soit œuvre de circonstance, non pour contester, comme on le croit souvent, la prétention de travaux nécessairement situés etdatés à valoir tous les temps, mais pour inciter à une lecture à la fois compréhensive et vigilante". Pour résumer toute œuvre est produit de son contexte, ce qui s’applique aussi et surtout auxsciences humaines. Nous verrons donc l’évolution de la discipline anthropologique à travers trois principaux courants que sont l’évolutionnisme, le diffusionnisme et le culturalisme en rétablissant le lienentre ces théories et leurs contextes.
L’une des problématique la plus importante de cette discipline est de définir le sens du mot « culture » puisque celle-ci va s’atteler à étudier les différentescultures de ce monde. Cette définition sera cruciale dans tout le travail effectué par la suite. Le sens que l’on donnera à ce mot sera révélateur des intentions de l’auteur. Nous étudierons cetteproblématique à travers trois principaux courants que sont l’évolutionnisme, le diffusionnisme et le culturalisme.
Selon l’évolutionnisme il y aurait un grand courant de l’histoire, linéaire, marquépar le progrès scientifique et technique et ceux qui n’auraient pas « évolués ». Pierre Fougeyrollas affirme en 1980 que de 1848 au lendemain de la première guerre mondiale, les sciences humaines sontresté fidèles à cet évolutionnisme considérant d’un côté les sociétés du modèle capitaliste et de l’autre les sociétés arriérées considérées comme retardataires. Dans cette logique Tylor compare...
tracking img