Fin de partie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1230 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche 2 – Faut-il craindre les machines ?
Merci à Soly, pour la rédaction de sa fiche

INTRODUCTION
Amorce: Partir de Frankestein pour aboutir aux risques des machines. Ou parler du luddisme: protestation disant que les machines prennent le travail des hommes. Poser le problème du sujet: Problème du rapport entre l'homme à la machine (doit-il la craindre ou en faire son alliée?)Problématique: Différence entre la question de l'utilisation et la question de la machine.

I- La machine, produit de l'homme, créatrice de progrès 1) Définition machine/outil L'outil n'utilise que la force musculaire, alors que la machine est un assemblage de pièces destiné à produire une fin grâce à une énergie autre que humaine. C'est le résultat d'un progrès technique, c'est la conséquence desconnaissances humaines, résultat du développement du savoir.La machine possède une indépendance à l'homme, c'est pour cette autonomie qu'on peut craindre la machine. Décalage dont peut provenir le danger potentiel de la machine. Décalage entre la machine, produit de l'homme, et la machine, indépendante de l'homme. Etymologie: ruse de la nature, qui peut se retourner vers l'homme. Dans le champ sémantique dumot machine, on retrouve machination (on peut comprendre le danger). 2) L'homme créateur de la machine L'homme crée la machine, la règle et l'alimente. il peut la faire fonctionner et l'arrêter, c'est lui qui en définit la fonction.Machine car: - l'homme n'est pas capable de faire de faire ce qu'elle fait l'homme ne fait pas aussi bien, n'est pas très précis. Machine est le signe de l'intelligencede l'homme et aussi de la spécificité de l'homme par rapport à la nature.Machine est conséquence de connaissances, mais aussi cause de nouvelles connaissances (ex: le microscope a permis de connaître les microbes). 3) Le but de la machine Peut causer d'autres connaissances et du progrès technique. On produit plus en moins de temps donc plus d'investissement donc rendement plus important. SelonBergson, caractéristique de l'homme: être capable de fabriquer des machines qui sont capables de le rendre indépendant (pas entièrement) de la nature (machines agricoles, médicales�) Machine: application technique de la connaissance de l'homme, elle permet à l'homme de progresser, de s'affranchir à l'égard de la nature. Humanité: qualité qui fait que l'homme est homme. L'homme ne devient homme qu'ense distinguant de la nature et en la maîtrisant, grâce aux machines.

www.Fiche-Bac-Philo.fr

L'homme est un créateur imparfait car il n'a pas la connaissance absolue, donc les choses qu'il crée risquent d'être imparfaites, d'où la possibilité de craindre les machines. Une machine ne sert pas toujours à ce pourquoi elle a été créée, on peut donc détourner les machines à des buts négatifs aulieu de buts positifs. II- La machine destructrice 1) Les nouvelles machines et la cybernétique On assiste depuis la 2e guerre mondiale à un perfectionnement des machines. Question à reposer sur la non-indépendance des machines de l'homme. Révolution cybernétique: invention d'un certain nombre de machines qui sont capables de corriger elles même leurs propres erreurs. Les machines sont donc deplus en plus capables de faire des choses de plus en plus compliquées avec un besoin de moins en moins important de l'homme. Mais les machines ne sont pas capables de se reproduire entre elles. Les machines travaillent ensemble, elles sont connectées entre elles par des réseaux: nouveau danger car à l'intérieur d'un réseau, il peut y avoir des problèmes compliqués à arrêter (ex: propagation d'unvirus, catastrophe en chaîne dans les usines). Face au réseau, l'homme est plus en danger que face à une seule machine. 2) Les risques de la déshumanisation Place des machines implique la déshumanisation car la communication des hommes entre eux (face à face) diminue. C'est de plus en plus à l'homme de s'adapter à la machine alors qu'avant c'était le contraire (ex: le travail à la chaîne). 3) Les...
tracking img