Guernica

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1620 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Picasso était en France quand il a appris par la presse le bombardement.
Cette peinture a été réalisée en un peu plus d'un mois, du 1er Mai au 4 Juin 1937
Elle a une taille imposante : 349,3 x 776,6 cm.
C'est une peinture à l'huile sur toile. On remarque directement le manque de couleurs dans le tableau. Celui-ci peut s'expliquer de plusieurs façons. Tout d'abord, l'austérité traduite parmanque de couleurs pourrait exprimer la gravité du sujet. Notons que le noir et blanc évoque aussi la presse et nous savons que Picasso a été informé du bombardement en Espagne par voie de presse. Le peintre avait l'habitude d' incorporer à son oeuvre de nombreuses références à celle- ci.
Cette oeuvre est une synthèse du cubisme, du surréalisme, de symboles anciens et des recherches picturalespropres à l'univers de Picasso.

On remarque directement qu'elle est allongée. En tracant un triangle à partir du milieu en haut de la toile, on la délimite en trois parties: un tableau central, un à droite et un à gauche.

Dans la partie centrale de la toile, on voit un cheval blessé agonisant, le cou tordu vers la gauche. Il est une des deux pièces maitresses du tableau avec le taureau à gauche.C'est la seule figure dont le peintre à expliqué la symbolique, pour le reste c'est à nous de l'interpréter les différents éléments. Picasso a confié que cheval représente le peuple innocent qui souffre, la liberté mourante. On voit que l'animal a une langue pointue comme un couteau ce qui exprime la douleur qui est donc celle du peuple. On retrouve cet élément dans la bouche de la femme qui crieà droite. On voit aussi que le flanc de l'animal est transpercé par une lance, ceci rappelle (un élément de) la crucifixion du christ qui le summum de l'agonie et de la souffrance. Une large plaie en forme de losange rappelle cette souffrance qu'éprouve l'animal. Commis dit précédemment, on peut voir que Picasso fait référence à la presse, ici, par le pelage du cheval qui est fait de traitsrappelant les caractères typographiques. Les sabots du cheval sont ici protecteurs, ils marquent l'union étroite entre le peuple et ses combattants.
En dessus de l'animal, il y a une réelle impression de désordre. L'enchevêtrement des jambes de l'animal avec des corps, les différences de couleurs donne une impression de champ de bataille. On aperçoit aussi une flèche, un morceau de bois brisé, deslignes et des formes triangulaires qui renforcent à nouveau cette idée.
Au premier apparaît le corps disloqué d'un combattant. On voit sa tête décapitée et ses bras. il porte sur son visage la brutalité de la guerre. De près, on remarque sa dentition qui est représentée avec précision, venant du peintre ça symboliserait la force combattive. On voit qu'il tenait une épée et on aperçoit une fleur justeà côté. La fleur symboliserait une lueur d'espoir, quant à l'épée cassé, elle pourrait symbolisait la paix ou l'héroïsme qu'était celui des chevaliers.
Revenons dans le haut du tableau, au dessus de la tête de la bête, il y a ce qu'on pourrait croire un soleil ou un oeil avec une ampoule à l'intérieur, on ne sait pas bien dire. Avec un style typiquement Picasso, l'artiste utilise un jeu de mot,l'ampoule en espagnol se dit « la bombia » qui est aussi une métaphore poétique pour la bombe.
Certaines personnes interprètent cette image comme le plus le plus grand symbole de la défaite de la religion Chrétienne dans ce tableau. Picasso étant Chrétien, le ciel serait associé pour lui au paradis mais les bombardement par les avions interdit cette association. Pour les chrétiens l'idéologie duciel est fut donc controversée. Ceci expliquerait l'oeil, qui serait le regard des chrétiens, avec l'ampoule. On peut aussi y voir une couronne d'épine, comme celle du christ, au-dessus de la tête du cheval, cela symboliserait le sacrifice du peuple.

Passons dans la partie gauche du tableau: Cette partie est principalement occupée par le taureau. Picasso avait l'habitude d'utiliser cet...
tracking img