Histoire des arts

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1157 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mai 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Pour Djamila [pic]

Introduction : présentation du film 

Pour Djamila est un téléfilm français, d’une heure quarante trois, réalisé par Caroline Huppert et diffusé pour la première fois le 20 mars 2012 sur France 3. Ce téléfilm est inspiré de l'histoire vraie de Djamila Boupacha et est une interprétation du livre de Gisèle Halimi.

Gisèle Halimi est interprétée par Marina Hands, DjamilaBoupacha par Hafsia Herzi et Simone de Beauvoir par Dominique Reymond.

== Synopsis ==pour acte Djamila une jeune femme vit encore chez ses parents a Alger au temps des français, lors de son arrestation pour acte de terrorisme. Son interrogatoire deviendra très vite une torture. Les militaires vont commencer à la battre jusqu'au viol. Très vite son avocate la défendra et prendra cette affairevraiment à cœur.



Ce téléfilm est la réalisation du livre de Gisèle Halimi, qui décrit son combat pour cette cause et tout ce qu’elle a du mettre en œuvre pour défendre Djamila.

Gisèle Halimi[], née Zeiza Gisèle Élise Taïeb ,le 27 juillet 1927 en Tunisie de parents juifs, elle entre au barreau de Tunis en 1949 et poursuit sa carrière d'avocate à Paris en 1956.

Mariée en secondes noces àPaul Halimi, administrateur civil au ministère de l'agriculture (français) — dont elle porte toujours le nom sous lequel elle s'est fait connaître —, puis en troisièmes noces à Claude Faux, ancien secrétaire de Jean-Paul Sartre — dont elle a été l'amie et l'avocate. Elle est la mère de Jean-Yves Halimi, avocat, Serge Halimi, directeur du Monde diplomatique, et d'Emmanuel Faux, journaliste à Europe1.

Fortement engagée dans plusieurs causes, elle milite pour l'indépendance de son pays la Tunisie et aussi pour l'Algérie, elle dénonce les tortures pratiquées par l'armée française et défend les militants du MNA (mouvement national algérien) poursuivis par la justice française. Elle co-signe avec Simone de Beauvoir Djamila Boupacha, livre dans lequel elle obtient de nombreux soutiens et laparticipation de grands noms comme Picasso dont le portrait de Djamila Boupacha figure sur la couverture.

Djamila Boupacha est une jeune musulmane pieuse et fille de militant s'engage dans le FLN sous le nom de guerre de Khelida lors de la Guerre d'Algérie. En 1960, elle est accusée d'avoir déposé une bombe - désamorcée - à la Brasserie des Facultés en février 1959 à Alger[]. Elle est arrêtée le10 février 1960 en compagnie de son père, de son frère, sa sœur Nafissa et de son beau-frère Abdellih Ahmed. Emprisonnée et torturée comme son père et son beau-frère, elle est violée au cours de sévices qui durent plus d'un mois, infligés par des membres de l'armée française.

Simone de Beauvoir rédige une tribune à son sujet dans les colonnes du journal Le Monde en date du 2 juin 1960 que lepremier ministre Michel Debré fait saisir en Algérie. Défendue par Gisèle Halimi, l'affaire Djamila Boupacha prend une ampleur médiatique et internationale importante lorsqu'un Comité pour Djamila Boupacha est créé, présidé par Simone de Beauvoir, et qui comprend parmi ses membres Jean-Paul Sartre, Louis Aragon, Elsa Triolet, Gabriel Marcel, Gencore Germaine Tillion. À la suite des pressions ducomité de soutien qui s'est constitué pour sa défense et à l'entremise de Simone Veil, alors magistrate, elle est transférée en Franlitaine pour y être jugée, de crainte que l'on abatte Djamila Boupacha dans sa cellule afin qu'elle ne parle pas. Pour les faits de torture, Gisèle Halimi poursuit le ministre de la défense Pierre Mesmer ainsi que le général Charles Ailleret, qui commande alors l'arméefrançaise en Algérie, pour forfaiture.

Djamila Boupacha comparait à Caen fin juin 1961, dans un procès au cours duquel elle identifie ses tortionnaires mais au terme duquel elle est condamnée à mort, le 28 juin. En 1962 elle est amnistiée en application des accords d'Évian mettant fin à la guerre d’Algérie et libérée le 21 avril 1962.

Réfugiée chez Gisèle Halimi, elle est séquestrée puis...
tracking img