Histoire populaire des etats unis

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 277 (69071 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 septembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Howard Zinn Une histoire populaire des États-Unis
De 1492 à

nos jours

Traduit de l'anglais par Frédéric Cotton

Cha pitre 1 Ch ristophe Col o m b, l es Ind i en s et l e p rogrès de l ' human i té

sur le rivage, puis nagèrent jusqu'à cet étrange et imposant navire

RAPPÉS D'ÉTONNEMENT, les Arawaks - femmes et hommes aux F corps hâlés et nus - abandonnèrent leurs villages pour serendre

afin de mieux l'observer. Lorsque finalement Christophe Colomb et son équipage se rendirent à terre, avec leurs épées et leur drôle de parler, les Arawaks s'empressèrent de les accueillir en leur offrant eau, nourriture et présents. Colomb écrit plus tard dans son jour­ nal de bord:
«

Ils [

. .

. ] nous ont apporté des perroquets, des pelotes

de coton, des lances et biend'autres choses qu'ils échangeaient contre des perles de verre et des grelots. Ils échangeaient volontiers tout ce qu'ils possédaient. [ .
. .

] Ils étaient bien charpentés, le corps
.

solide et les traits agréables. [ . . ] Ils ne portent pas d'armes et ne semblent pas les connaître car, comme je leur montrai une épée, ils la saisirent en toute innocence par la lame et se coupèrent. Ils neconnaissent pas l'acier. Leurs lances sont en bambou. [ feraient d'excellents domestiques.
. .

. ] Ils

[

.

.

.

]

Avec seulement cinquante

hommes, nous pourrions les soumettre tous et leur faire faire tout

ce que nous voulons.

»

Ces Arawaks des îles de l'archipel des Bahamas ressemblaient fort

aux indigènes du continent dont les observateurs européens ne ces­seront de souligner le remarquable sens de l'hospitalité et du par­ tage, valeurs peu à l'honneur, en revanche, dans l'Europe de la Renaissance, alors dominée par la religion des papes, le gouverne­ ment des rois et la soif de richesses. Caractères propres à la civili­ sation occidentale comme à son premier émissaire dans les Amériques : Christophe Colomb. Colomb lui-même n'écrit-il pas:
«

Aussitôtarrivé aux Indes, sur la première île que je rencontrai, je

6

' AU COMMENCEMENT ÉTAU'.NT LA CONQUÊTE, l. ESCLAVAGE

ET LA MORT

me saisis par la force de quelques indigènes afin qu'ils me rensei­ gnent et me donnent des précisions sur tout ce qu'on pouvait trouver aux alentours» ? L'information qui intéresse Colomb au premier chef se résume à la question suivante: olt est l'or? Ilavait en effet persuadé le roi et la reine d'Espagne de financer une expédition vers les terres situées de l'autre côté de l'Atlantique et les richesses qu'il comptait y trouver - c'est-à-dire l'or et les épices des Indes et de l'Asie. Comme tout individu cultivé de ce temps, Colomb sait que la Terre est ronde et qu'il est possible de naviguer vers l'ouest pour rejoindre l'Extrême-Orient. LEspagnevenait à peine d'achever l'unification de son territoire et de rejoindre.le groupe des États-nations modernes que formaient la France, l'Angleterre et le Portugal. La population espagnole, constituée en grande partie de paysans pauvres, travaillait à cette semble mais possédait 95 époque pour une noblesse qui ne représentait gue 2 % de l'en­ % des terres. Vouée à l'Eglise catholique, l'Espagne avaitexpulsé Juifs et Maures de son territoire et, comme les autres États du monde moderne, elle convoitait l'or, ce métal en passe de devenir le nouvel étalon de la richesse, plus désirable encore que la terre elle-même puisqu'il permettait de tout acheter. On pensait en trouver à coup sûr en Asie, ainsi que des épices et de la soie, puisque Marco Polo et d'autres en avaient rapporté de leursexpéditions lointaines quelques siècles plus tôt. Mais les Turcs ayant conquis Constantinople et la Méditerranée orientale et imposé, en conséquence, leur contrôle sur les itinéraires terrestres menant à l'Asie, il devenait nécessaire d'ouvrir une voie maritime. Les marins portugais avaient choisi d'entreprendre le contourne­ ment de l'Afrique par le sud quand l'Espagne décida de parier sur la longue...
tracking img