Humanisme renaissance : l'imprimerie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (286 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
3 ) L’imprimerie
Jusqu'au ⅩVe siècle, seule une élite fortunée a accès aux livres : les manuscrits sont rares et chers. Les seules personnes a avoir une bibliothèquesont les princes, rois et empereurs. En effet ces livres sont recopiés par des copistes (souvent des religieux) sur du parchemin ou du vélin, le support est donccoûteux, l'écriture lente et des erreurs se glissent suite à des erreurs de copie. Depuis le ⅩⅣe siècle on a commencé à remplacer les parchemins par du papier (qui existe enChine depuis le Ⅱe siècle). On grave aussi à l'envers des planches de bois : de la xylographie où l'on peut reproduire des livres.
Gutenberg perfectionne alors cettetechnique vers 1450, il organise à Mayence la première imprimerie : c'est une révolution. Son procédé, la typographie permet de fabriquer des livres en plus grande quantité,plus petits et surtout plus rapidement et moins cher. Le livre n'est alors plus rare et les imprimeries étant situées près des universités sont à la fois des centres deculture et de traduction.

INCUNABLE :
Un incunable (du Latin incunabulum, «berceau», à comprendre comme «enfance de l'imprimerie») est un livre imprimé entre lanaissance de la typographie et l'année 1500. Sa mise en page imite généralement celle des livres manuscrits.
Les lettres sont Gothiques et le texte est sur deux ou troiscolonnes. Le texte débute par l'incipit et se termine par l'excipit. La réclame et la foliotation sont toujours utilisées.
Le premier incunable connu est la Bible àquarante-deux lignes imprimée par Gutenberg en 1455. Elle comprend mille pages composées de deux colonnes de quarante-deux lignes. Le texte est noir et en lettres Gothiques
tracking img