Ifsi

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1022 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Présentation de la situation relationnelle.

Lieu :
Cette situation se passe dans le service d’urgence, à l’Hôpital de Louis Mourier.

Elle se déroule en fin d’après-midi vers 16h, dans le box 6. Au x urgences, les box sont positionnés en forme de U et numérotés de 1 à 6.
Mme S. âgée d’une vingtaine d’année, a été accompagnée par les pompiers pour malaise sans perte deconnaissance et sans traumatisme crânien.
Je récupère ses papiers d’identité afin de pouvoir l’enregistrer, Mme S. est française , bénéficie d’une sécurité sociale
Je l’installe dans le box 6, puis après avoir fait les 1er soins (EVA (évaluation de la douleur), ECG (électrocardiogramme), Glycémie capillaire et la prise des paramètres vitaux), j’apporte son dossier aux médecins.
Trois quart d’heuresaprès, la prescription médicale a été faite, je commence alors à préparer mon matériel pour réaliser mes soins. Le médecin avait prescrit un bilan sanguin, une pose de perfusion, une 1 ampoule de Tanganyl®et 1g de Perfalgan ®.
Arrivé dans la chambre, j’annonce le déroulement des soins à ma patiente puis je m’installe.
Lorsque je m’apprêtais à mettre le garrot pour repérer la veine, Mme S.me dit qu’elle ne veut pas que j’effectue les soins, de sortir de la chambre sinon elle crie.
Je tente alors de rassurer Mme S. et d’essayer de comprendre le problème, afin de pouvoir trouver une solution.
Il n’était pas possible de discuter avec elle, elle refusait de me répondre. C’est à ce moment que je suis sortit dans la chambre et aller vivement transmettre ce malentendu à ma tutrice, quiétait étonnée.
Elle décida alors d’aller voir Mme S. et d’essayer de discuter avec elle. En sortant de la chambre, ma tutrice tente de m’expliquer la raison du problème. Mme S. ne voulait pas que j‘effectuais les soins pour plusieurs raisons, d’une part parce que je suis une étudiante « une apprentie », une toute jeune « une minette » et d’autre part parce que j’ai la couleur noire,qu’elle n’aime pas les personnes de couleur noire. Ma tutrice était donc obligée de continuer à faire les soins.
Observations, étonnements :
Pourtant lors des 1ers soins, elle était coopérante, même si elle était un peu réticente par moment. J’ai été terriblement vexée, étonnée de la réaction de Mme S., ne pouvant plus me concentrer sur mes autres soins. Qu’on puisse me refuser de faire un soinparce que je suis en apprentissage, oui je peux comprendre mais juste par rapport à ma couleur de peau, non.

Difficultés et points à approfondir :
J’ai une grande difficulté à faire des liens avec ma pratique réelle et mes apports théoriques sur la relation empathique/sympathique, car souvent j’entretiens des relations sympathiques avec les patients. Essayer de mettre des barrières auniveau affectif afin de me protéger, ce qui me permettra de prendre du recul sur ma pratique.
Mobiliser davantage mes connaissances sur la relation empathique et sympathique avec les patients.

Vous sentez-vous suffisamment autonome sur l’ensemble de ces activités pour les assurer seul ? Oui, en ayant avoir pris du recul, je pense pouvoir accepter cette situation, si elle devait ce présenter ànouveau.





ANALYSE DE LA PRATIQUE

Lieu :
Cette situation se passe dans le service de court séjour (UHCD) , à l’Hôpital de Louis Mourier.

Situation ou activités vues ou réalisées :
Elle se déroule en début de matinée vers 9h, dans la chambre de Mme B.
Mme B. âgée d’une vingtaine asthmatique depuis peu, a été hospitalisée au service de court séjour, suite à saconsultation aux urgences pour décompensation asthmatique.
Mme B. n’ayant pas encore fait de test allergologique, elle ne connaissait pas les facteurs déclenchant de ses crises d’asthme.
Je lui ai donc fait une démarche éducative thérapeutique sur les facteurs déclenchant.
En effet, lorsque j’ai fait le recueil de donné, je m aperçoit que l’environnement de Mme B. n’était pas approprié par...
tracking img