Iiuii

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1811 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Ce s de textes présente deux extraits de pièces de théâtre de la fin du XVIIIème siècle. La première (A), de Marivaux, est intitulée La Colonie et est publiée en 1750. Le passage est issu de la scène 13, où l’on assiste à l’établissement d’une constitution en faveur du droit des femmes. La deuxième (B) est tirée de l’œuvre de Beaumarchais, le Mariage de Figaro, publiée en 1784. En cette scène 16de l’acte III, Marceline, dont on vient d’apprendre qu’elle est la mère de Figaro, se plaint du destin de la femme dans sa société.
Ces deux textes se rejoignent non seulement sur leur date de parution et sur leur genre, mais aussi sur leur thème : la condition de la Femme au XVIIIème siècle. Ce sont donc les personnages féminins qui, toutes, avancent des arguments en faveur de la Femme. Lesdeux textes montrent que le sexisme de la société a pour origine la culture et la coutume : dans le texte A, Arthénice mentionne que la « poltronnerie » supposée des Femmes est due à l’éducation (l.9) et à l’habitude (l.13) et Marceline insiste sur l’abscence de maturité (« raison » (l.23) ; «inexpérience » (l.24)). Divers arguments viennent par ailleurs à la fois valoriser les femmes etdévaloriser les hommes.
Tout d’abord, dans La Colonie, Arthénice, accompagnée de Madame Sorbin, tente de convaincre les hommes des capacités de la Femme. En effet, pour elle, les femmes ont le droit de participer à la vie de la cité, elle ont les aptitudes nécessaires pour élaborer des lois : elles peuvent « exercer  […] tous les emplois » (l.6). Arthénice considère de même les femmes capablesd’exercer un métier de guerre, n’étant pas moins courageuses que les hommes.

Beaumarchais est un célèbre dramaturge français du XVIIIème siècle qui profite de la scène pour dénoncer les inégalités dans la société et les privilèges archaïques de la noblesse. C’est ce qu’il fait dans Le Mariage de Figaro qui sera alors censuré pendant plusieurs années. Cette comédie, chef-d’œuvre du théâtre français,fait partie d’une trilogie et reprend d’ailleurs les personnages principaux du premier volet : Le barbier de Séville.
Le passage proposé est issu de la scène 16 de l’acte III. Cet extrait nous fait part de la découverte du lien de parenté qui lie Figaro et Marceline, la mère de ce-dernier, alors qu’ils étaient supposés se marier. Le texte présente un dialogue entre Figaro, Bartholo, le Comte etMarceline. Cette dernière, à travers de longues tirades, revendique le droit des femmes.
Comment l’auteur, à travers une scène de comédie, transforme-t-il le théâtre en une tribune politique ?
Nous répondrons à cette question, d’abord en analysant le comique de ce texte, avant d’étudier son aspect polémique qui l’ont mené à être censuré.

Au théâtre, la comédie est définie par troiscaractéristiques : les personnages, les thèmes et les registres. 

D’une part, dans ce genre, les personnages appartiennent à l'univers quotidien, au peuple, comme un paysan, un père, une mère, au contraire des personnages de la tragédie qui appartiennent à l'univers des grands. Dans ce texte on a bien des personnages de ce type : Figaro qui, bien que malin, est un simple valet de chambre ;Marceline, la mère de celui-ci, et gouvernante de la Comtesse ; Bartholo, père de Figaro, et médecin. Tous ces personnages sont des personnages typiques, et qui relèvent donc de la comédie.

D’autre part, dans la comédie, le sujet, les questions en jeu, relèvent eux aussi de la vie quotidienne. Dans ce texte, le sujet traité par Marceline tout au long de ses tirades est l’éducation des filles, thèmeconcret et mis avant par de nombreux philosophes des Lumières.

Enfin et surtout, deux registres sont particulièrement caractéristiques de la comédie : le registre comique et le registre satirique. Tout d’abord, on trouve dans ce texte plusieurs types de comique. Le comique de situation : ce passage est une scène de reconnaissance entre un enfant abandonné et ses parents : inattendu, c’est...
tracking img