Ineffable

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1048 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La crise de 2007-2009
Les mécanismes de la crise 1°) Le contexte économique des années 2000
Les attentats du 11 septembre 2001 constituent un choc sur l’éco américaine. Face à cela, les USA entrent dans une brève récession (2 trimestres) mais qui soulève beaucoup de craintes. Le gouverneur de la Federal_ Reserve Bank_, Alan Greenspan, décide de diminuer fortement les taux directeurs(taux d’intérêts des prêts à court terme faits aux banques) à 1%. Ainsi, la banque centrale américaine rend le crédit très facile et peu coûteux. Le but est de soutenir la croissance américaine dans tous les domaines. Ce nouveau taux directeur a deux conséquences : les crédits aux ménages vont monter en flèches et les dettes augmentent beaucoup (crédit à la consommation et crédit immobilier).Cela est fait en écho avec la politique de George W. Bush qui vise à avoir une société de propriétaires. La forme de crédit la plus courante est le crédit hypothécaire (_mortgage_). De plus, la baisse des taux directeurs entraîne un développement de l’ingénierie financière : recherche de nouveaux produits financiers qui rapportent plus que les bons du trésor. Dans un investissement, on veut qu’ilsoit très sûr, très rentable et très liquide (qu’il puisse être revendu très rapidement). Mais ce genre de produits n’existe pas : en général, les produits financiers ont un ou deux des trois critères.
Un e-krach est un effondrement des marchés technologiques (dans les start-up des nouvelles technologies). On assiste à un e-krach entre mars 2000 et mars 2001 : des sociétés avaient uninvestissement multiplié par 10 avant même d’avoir généré le moindre dollar. Ce e-krach a conduit de petits investisseurs à faire des pertes, et renforce la décision d’Alan Greenspan de baisser le taux directeur. Les investisseurs reportent alors leurs capitaux vers l’immobilier.
A partir de 2001-2002, on assiste à de grosses faillites : ENRON, Worldcom. Cela met au jour les difficultés financières decertaines entreprises (dettes absurdes, très mal comptabilisées). Ainsi, la banque centrale américaine poursuit sa politique de bas taux d’intérêts : les taux d’intérêts réels sont devenus négatifs.
Parallèlement, à la fin des années 1990 (juillet 1997), on a eu la crise asiatique (Thaïlande, Malaisie, Indonésie) : une bulle immobilière éclate (les prix augmentent et augmentent puis retombent). Ellea conduit à un retrait des capitaux investis dans cette région, et donc à une baisse des valeurs des monnaies. Cette crise a eu un impact très important : elle pousse les pays du Sud-est asiatique à changer leur modèle de croissance. Jusque là, la demande intérieure suffisait, mais ils cherchent dès lors à accentuer leurs exportations pour avoir une balance commerciale excédentaire. Ils étaient,avant la crise, débiteurs en dollars et deviennent créditeurs en dollars. Ainsi, l’Asie du Sud-est et la Chine vendent des biens aux USA, et comme ils accumulent des dollars, ils vont aussi amener sur le marché américain des capitaux (des dollars) pour les placer : bons du trésor, mais aussi banques d’affaires. On a alors une très grande épargne de l’Asie disponible qui s’étend sur les USA.
Leplacement de fonds asiatiques aux USA a conduit à la création de fonds souverains (fonds d’épargne publique, gérée par l’Etat). Ceci est une manifestation de l’épargne accumulée. La Chine est caractérisée par un fort taux d’épargne (ils épargnent 40% de leurs revenus), tandis qu’aux Etats-Unis, il était nul (ils s’endettaient à cause d’une progression nulle des revenus). Lorsque la crise estpassée, la FED remonte les taux d’intérêts : entre mai 2004 et printemps 2007, elle les remonte progressivement jusqu’à 5%. Mais cela ne marche pas vraiment : beaucoup d’épargne est disponible, et cette épargne n’est pas touchée par les taux directeurs à court terme. Ainsi, elle continue d’avoir des taux directeurs à long terme faibles. Ainsi, de 2001 à 2007, les crédits étaient bas, et la FED ne...
tracking img