Jean paul sarte - francois mauriac et la liberté

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1581 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Philosophie : Commentaire de texte

Jean-Paul Sartre - Situation I « François Mauriac et la Liberté » , 1947.

« François Mauriac et la liberté » de Jean-Paul Sartre est une controverse apparaissant dans Situation I, sorti en 1947.
Celle-ci vise le travail d’écriture de François Mauriac, écrivain français de renom et académicien.
Cela est une véritable leçon d’écriture qui a remué le Mondede la littérature Française du vingtième siècle.
Alors qu’à cette époque, Sartre était encore inconnu du grand publique.
Sa critique est divisible en deux partie.
La première expose ses attentes lors de la lecture d’un roman.
Comme la narration, le cheminement de l’histoire et surtout une immersion dans l’univers du roman, ainsi que le rôle primordial de du lecteur qu‘il considère devancé parl’ auteur lui-même. Ce qui a visiblement péché dans l’ouvrage de François Mauriac.
Dans un deuxième temps, Sartre explique les conditions à adopter afin que cette immersion puisse être possible.
Il expose donc en premier lieu les attentes du lecteur, puis explique la démarche à suivre afin que le lecteur puisse jouir pleinement de sa lecture et puisse se créer un univers personnel qui ne devraitpas être imposé par le romancier.

I. La place du lecteur

Dans cette première partie, Sartre expose ses attentes lors de la lecture d’un roman. Il parle inlassablement d’attentes. « Non, je n’imagine pas Stavroguine, je l’attends, j’attends ses actes, la fin de son aventure. (…) c’est ma propre attente. »
Sartre entend par là qu’il n’ attend pas de signes précurseurs visant à projeter lelecteur vers le destin du protagoniste ni que le romancier s’immisce dans le processus d’immersion de l‘univers.
Sartre est gêné par cette intrusion de Mauriac qui fait figure de barrage à l’imagination en prenant trop de place dans l’histoire. Ce manque de liberté (qui sera développé dans la deuxième partie) générée par l’omniscience du narrateur imposant ainsi sa vision personnelle de son œuvrealors que, Sartre estime que ce rôle doit être détenu par le lecteur.
« Cette matière épaisse que je brasse, quand je lis Les Démons c’est ma propre attente, c’est mon temps ».
Sartre relève l’incapacité de Mauriac à projeter le lecteur dans la peau du protagoniste. Il attend de lui qu’il multiplie les situations. Sartre considère qu’il doit se faire une idée de la psychologie du héro enl’imaginant faire face à de multiples péripéties, le ressentit du personnage lorsqu’il y fait face et attendre au fur et à mesure de l‘histoire, la façon dont le protagoniste s’ en sortira.
Ce sont les situations qui permettent au lecteur de se forger une impression du personnage sans avoir au préalable la clef de son destin donné par le romancier, « Ce mouvement, le romancier le capte, le guide,l’infléchit, il en fait la substance de ses personnages; un roman, suite de lecture, de petites vies parasitaires dont chacune ne dure guère plus d’une danse, se gonfle et se nourrit avec le temps de ses lectures. »
Le romancier doit donc planter le décor, y mettre des personnage, les confronter à diverses situations et laisser ensuite le lecteur vivre l’histoire en le gardant en haleine tout au long del’ouvrage, afin qu’il est le temps de créer son propre univers.
Il faut que le lecteur ait sa part de mystère, Sartre attend une complexité de la psychologie du personnage. Il doit être imprévisible, autant que les situations dont il doit faire face. Pour que le lecteur puisse pleinement vivre le roman, il doit être surpris. Il doit ressentir des émotions. « Mais pour que la durée de mes impatiences,de mes ignorances, se laisse rattraper, modeler et présenter enfin à moi comme la chair de ses créatures inventées, il faut que le romancier sache l’attirer dans son piège, il faut qu’il esquisse en creux dans son livre, au moyen des signes dont il dispose, un temps semblable au mien, où l’avenir n’est pas fait. »
L’auteur doit donc part l’intermédiaire de signes plonger le lecteur dans...
tracking img